Ecoles toulousaines; Le grand chantier

Suite à un audit lancé l’année dernière, la municipalité a décidé d’investir 60 millions d’euros dans la réhabilitation et la restructuration des écoles toulousaines. 20 millions seront d’ores et déjà dépensés pour 2009/2010.

 
L’année dernière à la même époque, le maire Pierre Cohen n’avait pas masqué sa colère concernant l’état des écoles toulousaines : «La moitié est dans un état inacceptable ! Il faudra rénover et réhabiliter les groupes scolaires.» Même propos alarmants du côté de l’adjointe en charge de l’Education Gisèle Verniol, sous-entendant que l’état de certains établissements rappelait “l’époque d’après-guerre” et promettant le lancement d’un audit. Aujourd’hui, la cloche a sonné pour la municipalité : le résultat révèle selon elle «des défaillances, notamment en matière de sécurité et d’hygiène pour les enfants» alors que le coût de la réhabilitation totale du patrimoine scolaire toulousain s’élèverait à 89 millions d’euros.
Alors que 28 000 petits Toulousains s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école, la Ville a décidé d’investir 60 millions d’euros et de planifier sur trois ans la réhabilitation et la restructuration des établissements toulousains. Dans un premier temps, la municipalité débloquera 20 millions pour 2010 (4 millions pour les restructurations d’écoles et 16 pour les réhabilitations), avec une priorité pour les clos couverts. Et selon l’audit, il faudrait investir plus de 5 millions d’euros dans les sanitaires d’ici 2012.

 

Des écoles récentes déjà à adapter

Le secteur 6 (quartiers sensibles, Saint-Martin-du-Touch, Lardenne, Saint-Simon) sera au cœur des travaux l’an prochain. Parmi les opérations de restructuration prévues en 2010, l’école Michoun A est l’exemple type d’établissement scolaire qui n’a pas fait l’objet de maintenance dans le passé, selon la nouvelle équipe municipale. La restructuration globale devenue nécessaire aujourd’hui présente un coût élevé (1,5 millions d’euros) et impose un an de travaux, dans les murs, aux élèves et à leurs professeurs. Les écoles maternelle et élémentaire Tibaous pourtant réalisées par l’ancienne municipalité et donc récentes, nécessitent déjà des travaux de restructuration, en l’occurrence des extensions de classes. «Aucune anticipation des montées d’effectifs n’a été faite en liaison avec l’urbanisation du quartier», constatent les élus.
Parallèlement à ces chantiers de rénovation, deux nouveaux lieux devraient voir le jour d’ici 2012 : l’école Lucie Aubrac (6,35 millions d’euros) et le groupe Ponts-Jumeaux (8 millions d’euros). L’établissement scolaire Lucie Aubrac verra le jour en septembre 2011 dans le secteur de La Salade, premier éco-quartier de Toulouse. Le groupe Ponts Jumeaux sera quant à lui le premier complexe proposant un multi-accueil pour les plus petits. Il ouvrira ses portes en mai 2012.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.