[DOSSIER] Toulouse, terre de découvertes spatiales

Avec la présence à Toulouse de grands centres de recherche, la ville fourmille de scientifiques impliqués dans des découvertes spatiales majeures. Petit rappel sur les trois dernières actualités locales dans ce domaine. – Valentin Grezet

Espace
© Nasa

Il y a à peine un mois, une équipe internationale impliquant des chercheurs toulousains a découvert un trou noir d’un nouveau type, dit de masse intermédiaire. Il représente le chaînon manquant qui s’est longtemps dérobé aux yeux des astronomes et devrait apporter plus d’informations sur la construction de la galaxie. Didier Barret, directeur de recherche au CNRS*, précise : « Trous noirs et galaxies coévoluent. Ce type de découverte permet de mieux comprendre la formation des premiers et donc le fonctionnement des secondes ».

À propos de galaxies, une autre équipe, composée notamment de Roser Pello, astronome de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap), a annoncé en mai dernier avoir localisé la plus lointaine connue à ce jour. En étudiant l’histoire de la formation des étoiles de cette galaxie, les scientifiques ont démontré qu’elle existait déjà 250 millions d’années après le Big Bang. Ils ont ainsi apporté de nouveaux éléments sur les modèles de création des premières galaxies. « Dans un domaine où l’on manque encore d’observations directes, cela permet de passer de l’anecdotique à une description concrète de leurs propriétés physiques », développe Roser Pello.

« Mieux comprendre comment la Terre s’est formée »

Une autre découverte ne saurait tarder. SPIRou, un nouveau spectropolarimètre, pensé et conçu par de nombreux laboratoires français, dont le CNRS et le Cnes* de Toulouse, a collecté sa première lumière d’étoile. Un premier pas vers « une quête des origines », selon Jean-François Donati, directeur de recherche au CNRS. « À présent, nous pouvons étudier d’autres mondes comme le système solaire, et savoir s’ils hébergent des planètes comme la nôtre, où la vie aurait potentiellement pu se développer. En les observant, il est possible de mieux comprendre comment la Terre s’est formée et dans quelles conditions la vie a pu apparaître », conclut le scientifique.

*Centre National de la Recherche Scientifique
*Centre National d’Études Spatiales

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.