Dossier Orientation : L’alternance, l’entrée réussie dans l’entreprise

Florian Le Berre a 22 ans en BTS MUC (Management des unités commerciales) au Campus IGS de Blagnac

Les formations en alternance sont «tendance». Elles recueillent aujourd’hui un vif succès autant chez les étudiants que chez les employeurs. Elles se sont d’ailleurs invitées au coeur de la campagne présidentielle, faisant partie des solutions privilégiées par certains candidats, afin de favoriser l’intégration des jeunes dans le monde du travail. Elles sont peut-être «la» solution pour vaincre le chômage des jeunes.

Car même si les études en alternance sont en fort développement, elles restent marginales dans notre système éducatif pas toujours enclin à faire la part belle à ce type de cursus. Cette formation est destinée aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, qui sont ainsi rémunérés en pourcentage du SMIC selon leur âge et leur niveau de formation. L’employeur y trouve également son compte en obtenant une exonération de cotisations patronales de sécurité sociale. Florian Le Berre a 22 ans et a décidé de se lancer dans un BTS MUC (Management des unités commerciales) au Campus IGS de Blagnac : «Je n’étais plus fait pour le système classique. J’en ai pris conscience l’année qui a précédé mon Bac. J’ai alors souhaité une formation en alternance pour acquérir de l’expérience. Ensuite, les portes sont davantage ouvertes dans le monde du travail.» Il est vrai que beaucoup d’entreprises réclament aujourd’hui une expérience professionnelle, même aux plus jeunes. Ce constat est sans doute l’un des freins principaux à la première embauche.

Florian en est bien conscient, lui qui procède à sa formation au sein d’une enseigne de sport située à Fenouillet et Portet-sur-Garonne : «Je passe deux jours à l’école. Trois jours en entreprise. Ce n’est pas toujours évident car j’ai du travail à faire chez moi, des dossiers à préparer, et après une journée de travail on n’a pas forcément envie de ça…» Pour trouver l’école adéquate, c’est parfois le «parcours du combattant» même si Florian admet avoir eu de la chance : «Dans mon cas, c’est l’entreprise qui m’a dirigé sur l’école. Mon responsable de magasin s’est chargé de tout.» Afin d’être sélectionné, Florian a dû passer des tests psychotechniques afin de valider son niveau et sa motivation. Son dossier scolaire lui a également été demandé. Florian gagne désormais 750 euros nets et présente un réel optimisme : «Il faut avoir un peu de chance et trouver une entreprise qui vous plaît. Cela peut parfois se conclure par une embauche directe, l’entreprise réalisant un gain de temps et donc financier.» L’alternance est clairement la voie de l’avenir.
Thomas Simonian
Plus d’infos : Campus IGS Blagnac – Tel : 05/61/71/18/91



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.