Dîner-débat Club Galaxie; Renaissance d’un site et d’une ambition…

Lors d’un dîner débat qui regroupait plus de 400 personnes le 19 Mai dernier, à l’Astralia le nouveau complexe de La Cité de l’Espace, le Club entreprise Galaxie, recevait comme invité d’honneur le Professeur Roland Bugat. Ce soir-là, le Président du Pôle Cancer-Bio-Santé intervenait  pour présenter à un public tout acquis à ce nouveau défi pour notre ville comme notre région, le Campus-Cancer-Toulouse et le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé.

 
L’opportunité aussi de rappeler que voilà près de 7 ans, Toulouse vivait la catastrophe d’AZF. Marquée à jamais, Toulouse a su rebondir là où personne ne l’attendait. Au point de devenir avec le Campus-Cancer-Toulouse et le pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé, la référence européenne voire mondiale en matière de stratégie d’organisation et d’équipement pour tout ce qui concerne la recherche en cancérologie. Autant d’instruments de développements économiques territoriaux et d’excellences internationales que, ne l’oublions pas, nous devons à l’impulsion d’un Philippe Douste-Blazy alors Maire de Toulouse et Ministre de la Santé. Pour mieux organiser la recherche en matière de cancérologie, les ministères de la recherche et de la santé ont favorisé l’émergence des cancéropôles, véritables accélérateurs d’innovation. Des ensembles cohérents de recherche en cancérologie, pour la plupart inter-régionaux (5 sur les 7), couvrant un champ de recherche “du malade au malade” sont désormais en marche et la logique de projets bouscule la logique institutionnelle. L’application du principe si fréquemment évoqué d’une évaluation a posteriori fait partie intégrante de ce contrat d’un nouveau type.

 

Le professeur Bugat, submergé de questions de la part d’un auditoire des plus attentifs, nous rappelait que les ambitions de ces entités sont de deux types : «Répondre à des enjeux de santé publique en proposant des approches préventives, diagnostiques et thérapeutiques innovantes dans le domaine des cancers. Mais aussi de préfigurer, d’un modèle organisationnel pour la prise en charge des  grandes “familles” de pathologies chroniques». Sans oublier le côté économique en créant des richesses nouvelles à forte valeur ajoutée et qui demain, vont fortement contribuer au développement économique territorial. Il nous rappellera aussi de la nécessité à développer un bio-cluster, pour la première fois thématisé “hémato-cancéro” et qui sera de dimension et de notoriété internationale. Soulignant même que «la finalité du dispositif consistera à concevoir et réaliser un système organisationnel nouveau, visant, par une concentration thématisée de moyens, à produire une double plus-value : économique par l’interface recherche académique/industrie/formation et solidaire et humaniste, pour être de nature à contribuer à une redistribution équitable des ressources collectives produites, notamment au regard de l’accès des malades à l’innovation».
Roland Bugat relèvera particulièrement la convergence de vue de l’ensemble des acteurs politiques sur le développement d’un axe économique dédié à la santé. Fixant même de l’utilité d’une recherche plus spécifique sur le “French Paradox”, particularité du Sud-Ouest, qui devrait aider la science à progresser sur la question des liens alimentation/santé. Saisissant l’opportunité de proposer des échanges réciproques de savoirs pour mieux comprendre peut-être les origines de la maladie : «voilà bien longtemps que le scientisme a atteint ses limites». Il soulignera sa réflexion en prenant pour exemple la réflexion menée, par le groupe Fabre, dans le cadre des entretiens du Carla* sur “la psychogenèse du cancer”. Et d’affirmer en forme de conclusion : «La santé n’a pas de définition médicale»… Ce qui revient à nous rappeler qu’au-delà du patrimoine génétique propre à chacun, nous sommes tous peu ou prou responsables de notre capital santé, comme de celui de notre voisin par notre comportement quotidien.  

André-Gérôme GALLEGO
andreg@aol.com

* Le Carla : laboratoire d’origine des Etablissements Pierre Fabre.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.