Dénigrez, dénigrez, il en restera quelque chose

Pour caresser leurs lecteurs dans le sens du poil, certains grands médias ne se contentent plus d’utiliser le reniement comme un outil salvateur de notre civilisation. Pour arriver à leurs fins et dessiner une société à leur image, tous les moyens sont bons même si la raison ou le bons sens sont inconsidérément mis en pièce. Ils passent allègrement du reniement au dénigrement. C’est-à-dire du refus à la calomnie. Par exemple, pour aboutir au reniement et convaincre le plus grand nombre à une laïcité de bon aloi, il convient de tomber à bras raccourcis sur le successeur de Saint Pierre. Les occasions ne manquent pas et comme il est facile de sortir un événement, une phrase de son contexte, tout est possible.

  
Je ne reviendrai pas sur le sujet mais enfin, le rôle, la mission et l’importance de l’Eglise dans le monde, aujourd’hui – et depuis des siècles – ne peuvent se résumer au seul usage du préservatif ! Le monde ne peut se resserrer dans un condom, y compris en Afrique ! Heureusement cela a été dit de-ci de-là mais pas suffisamment pour être clairement entendu au milieu d’un brouhaha inconsistant et malfaisant diffusé par une presse à la solde des conservateurs du XIXème siècle, pétrie d’anticléricalisme. Il me semble nécessaire de le rappeler pour que les champions du dénigrement puissent à nouveau prendre conscience de leur lâcheté. Quoi de plus simple en effet que de formuler des critiques à l’emporte pièce à l’encontre d’un Pape qui, ils le savent bien, ne répondra pas à leurs insultes de bas étage. De quel droit ces gens-là viennent-ils donner des leçons aux catholiques – et plus particulièrement aux pratiquants – sur les propos tenus par leur représentant ? Sûrement au nom de la repentance et du pardon qu’il conviendra de prononcer demain à l’égard de tous ceux qui ont servi cette religion et suivi ce Pape qu’il convient de jeter d’ores et déjà aux orties. Les sondages sont formels à cet égard. Mais depuis quand le Pape est-il élu par des électeurs – des sondés – Français ?
Pour couronner ce mauvais esprit médiatique, diverses associations dites “de protection” n’hésitent pas, pour parvenir à leurs fins, à manipuler une société fragilisée par la formule “M2R” : mémoire, repentance, réparation. «Pardon, au nom de la France» a revendiqué récemment en Afrique la représentante non en titre de l’opposition, en oubliant de citer les propos de Mendès-France et de Mitterrand dont elle est politiquement l’héritière. Ils avaient pourtant, à l’époque, évoqué l’indiscutable présence de la France en Afrique ! Ces penchants de culpabilité, à la limite de l’auto-flagellation, font mauvais ménages avec les grands médias. Comme l’avait souligné Denis Porthault dans la revue Utopie Critique : «Les bonnes vieilles recettes de la propagande font l’affaire. Du simple mensonge par omission au faux véritable, de la substitution des faits historiques établis par une mémoire revisitée à la lumière des convictions militantes jusqu’à l’arme suprême, la diabolisation de l’ennemi par l’anathème “des phobes” (islamo, judéo, homo… Choisissez le vôtre) rien ne sera épargné pour abattre l’ennemi».
Cela étant, qu’on le veuille ou non, nous sommes redevables de comptes à l’égard des générations futures et c’est à bon droit qu’elles se plaindront des générations passées si certains continuent à tricher avec la réalité et l’histoire. Au prétexte que l’on veut absolument que les choses ne soient pas – ou plus – comme elles ont été, on transforme la réalité en guimauve sans saveur. Il suffit d’un trait de crayon ou d’un coup de gomme et tout le passé se conjugue au présent !
Cependant il reste des traces de l’époque qu’on veut bannir : Chaque dimanche, la plus grande des manifestations qu’aucun syndicat n’a jamais organisée a lieu à onze heures dans les églises de France où se réunissent 4 à 5 millions de catholiques qui dans la ferveur chantent leur religion en suivant la messe ! Les pèlerinages n’ont jamais connu autant d’affluence et le succès constant des JMJ sont également là pour témoigner de la vitalité de l’Eglise Catholique. Qui déploie actuellement les plus grandes œuvres contre le SIDA dans le Monde et en Afrique plus particulièrement ? Un dernier point : C’est en Afrique que se remplissent les séminaires. Que faut-il en penser ? Que les Africains, “les pauvres” ne sont pas encore arrivés à un niveau intellectuel suffisant pour “faire le point” entre le bien et le mal ?
Finalement, à la réflexion, je trouverais presque à me réjouir de ce dénigrement du Pape et de ma religion. Il faut le dire ainsi, car il n’est pas encore venu le temps où l’on doit cacher son appartenance. Et si le représentant des catholiques n’était pas aussi important, rien ne lui serait reproché et dans un tel déferlement de violence. C’est justement parce qu’il est déterminant et influent dans ses prises de positions qu’il soulève tant de débats paniqués et de haine apprise…
Il est juste dommage que la valorisation de l’Eglise et du Pape soit amenée en première page par ce genre de vils procédés. Les mécréants et malandrins de toutes sortes le savent : «dénigrez, dénigrez» disent-ils, «il en restera toujours quelque chose». Je suis fier de ma religion, soyons solidaires. J’insiste.

Gérard Gorrias


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.