Démographie ; Moins de bébés en Midi-Pyrénées

Une étude récente de l’Insee révèle que la fécondité est faible en Midi-Pyrénées chez les femmes de moins de 30 ans et la première maternité plus tardive.

 
Alors que la France a le taux de fécondité le plus élevé d’Europe, le pays enregistre selon ses régions de nombreuses disparités. En Midi-Pyrénées, celui-ci est faible d’une manière générale, en particulier chez les femmes de moins de 30 ans. C’est ce qui ressort de la dernière étude réalisée par l’Insee qui comptabilise en 2008 dans notre région, 11.9 naissances pour cent femmes âgées de 25 à 29 ans, contre 12.9 en moyenne en France métropolitaine. De même, le premier enfant arrive plus tardivement : 28.8 ans contre 28.5 au niveau national. L’attractivité de la région en termes d’enseignement supérieur, n’est pas étrangère à cette situation : «Les Midi-Pyrénéennes retardent leur première maternité parce qu’elles suivent ou ont suivi des études supérieures plus souvent et plus longtemps que la moyenne des Françaises» explique Martine Tornero, chargée d’études à l’Insee. C’est surtout le cas en Haute-Garonne, car en Tarn-et-Garonne, la réalité semble tout autre.

 

On vit plus longtemps dans notre région

Ce département figure parmi ceux qui enregistrent le plus de naissances : les étudiantes tout comme les femmes diplômées de l’enseignement supérieures y sont peu nombreuses, relève l’institut de la statistique. En outre, il y aurait davantage de naissances hors mariage en Midi-Pyrénées : 58 % en 2009. Notre région se situe au 10ème rang national mais ce sont l’Ariège et le Lot qui battent tous les records : plus de deux naissances sur trois. L’explication viendrait tout simplement du fait qu’ici le Pacs séduit presqu’autant que le mariage. L’année dernière, 8 600 couples ont en effet signé un pacte civil de solidarité dont l’immense majorité (96 %) entre partenaires de sexe différent ; alors que 10 300 mariages ont été célébrés. Autre confirmation de cette étude : on continue à vivre plus longtemps en Midi-Pyrénées, particulièrement en Haute-Garonne et dans le Gers. Ainsi, selon une prospection de l’Insee, un garçon né en 2008, devrait vivre jusqu’à 79 ans dans notre région et une fille jusqu’à plus de 84 ans. Les morts précoces, c’est-à-dire celle survenant avant l’âge de 65 ans, sont elles aussi plus faibles ici qu’en France métropolitaine. En résumé, les détracteurs de la graisse d’oie n’ont qu’à bien se tenir…

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.