Démocratie locale; Les Toulousains ont la parole

La municipalité a présenté sa nouvelle organisation de la démocratie de proximité et du territoire avec la volonté de mettre le citoyen au cœur des préoccupations. Les Rencontres de la Démocratie se dérouleront du 15 octobre au 19 novembre.
Donner la parole aux citoyens ? Un principe de démocratie pas si évident à Toulouse selon le nouveau maire Pierre Cohen et son adjoint à la démocratie locale Jean-Michel Fabre. Les deux élus ont présenté la semaine dernière leur nouvelle vision de la concertation dans la ville avec à la clé une nouvelle carte du territoire : «Nous avons la volonté de mettre le citoyen à part entière dans le processus de décision», explique Pierre Cohen. C’est pourquoi après les Assises de la Mobilité et de la Culture, la municipalité lance les Rencontres de la Démocratie à partir du 15 octobre où les résultats d’une grande enquête à destination des associations et une nouvelle organisation de la vie politique de proximité seront présentés aux Toulousains.
Exit les maires de quartiers et les commissions consultatives. «Les maires de quartier avaient une crédibilité nulle par manque de retour des demandes des citoyens. Je veux un peu moins de fétichisme et plus de responsabilisations des élus», prévient le premier magistrat de la ville. La municipalité a donc décidé de découper Toulouse en six secteurs, eux-mêmes divisés en plusieurs quartiers. Les conseils de secteurs, constitués de quatre collèges (associations, monde économique, élus et habitants), se réuniront une à deux fois par an sous la présidence du maire et d’un adjoint en charge du secteur. Ces rendez-vous seront l’occasion de comptes-rendus du mandat et de débats. Ces conseils de secteur seront alimentés par des propositions issues des commissions de quartier ouvertes à tous et animées tout le long de l’année.

 

Un site Internet

Autres nouveautés : la création de structures de concertation qui constituent «un nouveau mode de dialogue» pour Jean-Michel Fabre. Ainsi, étudiants et résidents étrangers disposeront de leurs propres conseils, le commerce et l’artisanat de leur conférence, les aînés de leur comité de coordination et le sport de son parlement. Les mairies de quartier sont maintenues pour leur rôle administratif et de service. Enfin, un site Internet est mis en ligne pour permettre aux Toulousains et aux associations de déposer l’ensemble leurs propositions et priorités (www.toulousecitoyenne.fr).
L’ancien maire de la Ville rose Philippe Douste-Blazy s’était essayé sans succès à l’exercice de démocratie active si populaire dans les pays du Nord de l’Europe. «Les gens n’étaient peut-être pas mûrs à l’époque», ironise Pierre Cohen. Mais le nouveau patron du Capitole devra confirmer sa volonté de donner la parole à tout citoyen avant de prendre in fine les décisions.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.