Démantèlement de Toulouse-Bonhoure : «Une décision bien tardive» ?

A l’occasion du passage au tout numérique pour la région, les antennes du site de Toulouse-Bonhoure vont être démantelées au profit de l’installation d’un émetteur dans le quartier de Pech David. Cette décision attendue depuis plusieurs années est pour l’opposition municipale le signe d’un défaut d’anticipation de la part de la gauche.

 
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé, le 19 juillet dernier, d’autoriser l’émetteur de Toulouse-Lafilaire pour la desserte de la zone de Toulouse-agglomération par la télévision numérique terrestre. Ce site a été proposé par les chaînes à la suite de la décision de la ville de Toulouse en 2010 qui avait demandé le démantèlement du site de Toulouse-Bonhoure. Le CSA a décidé du calendrier de cette opération : dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2011, l’émetteur de Toulouse-Bonhoure cessera d’émettre en mode numérique. L’émetteur de Toulouse-Lafilaire commencera la diffusion des chaînes de la TNT quelques heures plus tard ; le mardi 8 novembre 2011 : la diffusion analogique sera arrêtée sur l’émetteur de Toulouse-Bonhoure et les fréquences de diffusion de la TNT depuis l’émetteur de Toulouse-Lafilaire seront modifiées. Seul un nombre limité de foyers situés entre les deux sites pourraient avoir à réorienter leur antenne “râteau”. Ils pourraient avoir intérêt à le faire à partir du 27 septembre, s’ils veulent recevoir la TNT sans attendre le 8 novembre 2011. Le CSA précise que le Groupement d’intérêt public France télé Numérique assurera l’information et l’accompagnement des téléspectateurs qui devront réorienter leur antenne râteau à cette occasion.

Tous les problèmes ne sont pas réglés

Pour Jean-Luc Moudenc, président du groupe d’opposition municipale Toulouse Pour Tous, même si la décision de démanteler Toulouse-Bonhoure constitue «une bonne nouvelle», elle apparait «bien tardive». En effet, le processus avait été lancé en juillet 2004 par la précédente municipalité. Jean-Luc Moudenc avait signifié à TDF  que les antennes devraient être démontées après le 31 décembre 2009, avec à la clé une délibération adoptée en Conseil municipal le 24 juin 2005. Après un contentieux déclenché par TDF, la justice a confirmé cette décision de démantèlement des antennes le 16 mars 2010 en cour administrative d’appel de Bordeaux. «Ne voyant aucune décision municipale y faire suite, alors que le bail était expiré depuis près d’un an (TDF continuant tout de même à occuper le site), mes amis du Conseil municipal et moi avions déposé un vœu au Conseil d’octobre 2010, proposant de déplacer les antennes vers le cimetière de Terre-Cabade, pour ne gêner aucun riverain. Il a été rejeté par l’actuelle municipalité», explique l’ancien maire de Toulouse. «Il aura fallu attendre que survienne un événement extérieur à toute volonté municipale pour que ce dossier bouge enfin: le passage prochain de la notre ville à la télévision numérique (TNT). La décision d’implantation nouvelle est donc enfin prise… mais elle ne règle pas tous les problèmes (radios) et ne verra le jour qu’en… mars 2012, soit 2 ans après la décision de justice favorable ; 2 années perdues par défaut d’anticipation !»
Par ailleurs, la mairie de Toulouse a annoncé une concertation avec les habitants de Pech-David dont le quartier va accueillir les antennes FM. Cette décision ne satisfait pas l’opposition : «Au lieu d’un débat en amont avec les riverains, la décision leur est imposée et c’est seulement ensuite que leur avis va être demandé. Étonnante méthode pour les prétendus champions de la «démocratie locale».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.