Dalaï Lama ; “L’Art du bonheur” ?

Deux ans après son dernier passage en France, le Dalaï Lama est ce week-end à Toulouse pour des enseignements bouddhistes et une conférence publique introduite par Stéphane Hessel, auteur de l’ouvrage “Indignez-vous”. 10 000 personnes sont attendues au Zénith.

C’est sans nul doute l’événement de l’été à Toulouse. Du 13 au 15 août, le chef spirituel des Tibétains en exil et Prix Nobel de la Paix (pour sa recherche de solutions pacifiques à l’occupation chinoise du Tibet depuis 1959) est de retour dans la ville rose après dix-huit ans d’absence. Autant dire que sa venue est attendue avec une grande impatience par ses sympathisants. «Depuis le début des années quatre-vingt dix, le Dalaï Lama vient régulièrement enseigner en France la philosophie bouddhiste. Il en a pris l’engagement et c’est toujours pour les adeptes une chance extraordinaire d’assister à ses cours car il compte certainement parmi les maîtres bouddhistes les plus érudits au monde. Il pratique plus de quatre heures par jour et étudie aussi énormément. Il est extrêmement qualifié.» explique Vincent Horeau, membre du comité d’organisation pour l’association Chemins de sagesse, responsable de la visite.

Le Dalaï Lama et Stéphane Hessel,
deux défenseurs de la non violence

Au programme de ces 3 jours : des enseignements bouddhis-tes d’abord. Le Dalaï Lama va commenter le traité de Kamalashila, un sage indien du 8ème siècle, sur “Les Etapes de la méditation”. Vincent Horeau revient sur l’importance de ce contenu philosophique “majeur” : «Cela va constituer une grande aide pour ceux qui veulent pratiquer la méditation, l’entraînement de l’esprit qui est la base du boud- dhisme. Le Dalaï Lama va leur donner des indications très basiques sur l’attitude mentale à adopter et sur la manière d’orienter son esprit.» Autre grand rendez-vous, le 15 août : une conférence publique sur “L’art du bonheur” qui sera introduite par Stéphane Hessel. L’auteur du best-seller “Indignez- vous !” est «lui aussi un fervent défenseur de la non violence. Il est l’un des rédacteurs de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et sa Sainteté, comme vous le sa-vez, y est particulièrement attaché. Ces deux hommes ont mené ce combat toute leur vie. Symboliquement, il était important qu’ils se rencontrent» poursuit V. Horeau. En revanche, cette visite étant jugée trop courte, le Dalaï Lama ne s’entretiendra pas avec les représentants d’autres religions, «mais le dialo-gue interreligieux reste l’une de ses grandes préoccupations» insiste-t-on dans son entourage.

Toulouse, 3ème ville bouddhiste de France

Alors que le Dalaï Lama se défend de tout prosélytisme, les bouddhistes sont toujours plus nombreux de par le mon-de, visiblement séduits par le message «d’altruisme, d’ouverture à la bonté du cœur» du leader tibétain, face à un monde «de plus en plus violent». Même s’il reste difficile à établir, (en raison, selon les spécialistes, de superpositions ou fusions de la pensée bouddhiste avec des croyan-ces et des cultures locales telles que le taoïsme, le con-fucianisme, le shintoïsme ou encore le chamanisme) on évalue leur nombre au minimum à 380 millions dans le monde (jusqu’à 1.7 milliard). Ils seraient 800 000 en Fran-ce. L’historien des religions, Frédéric Lenoir, estime à ce propos que l’Hexagone abrite près de cinq millions de sympathisants. 75 % sont d’origine asiatique et 60 % se- raient des femmes. Rien d’é-tonnant à cela pour le Dalaï Lama qui considère que «les femmes sont biologiquement plus enclin aux vertus de l’a-mour et de la compassion». D’ailleurs, dans un entretien au journal Le Monde, il n’exclut pas que sa réincarnation soit une femme.

10 000 personnes au Zénith

Après Paris et Lyon, Toulouse occuperait la 3ème place des villes bouddhistes de France. Preuve de l’engouement du public, la conférence annoncée début 2011 a affiché complet dès le mois de mars. Idem pour les enseignements début juin. Ce week-end, ce sont en tout 10 000 person-nes qui sont attendues au Zénith. Un écran géant ainsi qu’une retransmission de l’événement en direct sur Internet ont été prévus. Quant aux bénéfices éventuels que pourraient rapporter les entrées, les organisateurs affirment qu’ils se- ront reversés à des entités qui oeuvrent pour la santé ou l’éducation.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.