Corinne Lepage ; La Vérité sur le Nucléaire

C’est à l’initiative du Sénateur Toulousain Jean-Pierre Plancade, ami de longue date, que l’ancienne ministre est venue ce lundi à Toulouse présenter son livre choc “La Vérité sur le Nucléaire… le choix interdit”. Avocate de formation, Corinne Lepage a été ministre de l’Environnement, dans le gouvernement Juppé, puis en 1996, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21. Mais elle a été aussi co-présidente et fondatrice, avec François Bayrou, du MoDem jusqu’en mars 2010. 

 
Depuis sa participation au gouvernement d’Alain Juppé (1995-1997), Corinne Lepage était, jusqu’à encore voilà peu, considérée par les médias comme une écologiste de droite. Une qualification dans laquelle elle ne se reconnaît pourtant pas : «On me dit que je suis écolo de droite, non. Sachez d’abord que je ne suis pas écolo. Je suis simplement passionnée d’environnement, ce qui est bien différent. Non, je ne suis pas de droite, plutôt au Centre et depuis toujours, je me bats pour ce qui me paraît être majeur pour nous tous, dans les années qui viennent. Je pense que la question sociale a été le grand débat du XXème siècle, je sais que la question environnementale sera le grand débat du XXIème…»
Corinne Lepage se réclame avant tout de l’écologie politique, s’efforçant de faire, dans ce domaine, la synthèse des idées de droite et de gauche en la matière. De sa participation à Génération Ecologie, aux côtés de Brice Lalonde et de Jean-Louis Borloo, dans les années 90 et jusqu’à la création de son club de réflexion “Terre Démocrate”, elle affiche toujours la même volonté de «transcender les clivages politiques et de dépasser l’opposition traditionnelle droite/gauche». Particulièrement sur le thème qui lui est cher, elle aura, depuis toujours, tenté de rassembler au-delà des couleurs politiques. Proche à la fois de Daniel Cohn-Bendit et de François Bayrou, elle va œuvrer à l’émergence politique d’un véritable effort programmatique, fondé sur un développement solidaire et soutenable, démocratique et humaniste. Oui, elle souhaite un rapprochement entre le Centre et les écologistes et surtout «tout faire pour empêcher la réélection de Nicolas Sarkozy.»
Aujourd’hui en terre toulousaine, la volonté et la pugnacité n’ont pas quitté cette leader politique dans l’âme qui s’apprête, pour redonner force et couleur à son mouvement, à nommer au poste de secrétaire général Alain Barrès, l’ancien député-maire centriste. Mais elle précise aussi avoir rencontré à plusieurs reprises Jean-Michel Baylet et relève avec lui : «une vraie proximité intellectuelle». Qui sait, si demain, un parcours politique ne pourrait pas se dessiner entre Cap21 et les Radicaux de Gauche chers à Jean-Michel Baylet et au Sénateur Jean-Pierre Plancade, Conseiller Général PRG. Ce dernier n’hésitant pas à reconnaître son respect et son admiration pour le combat mené avec brio par son hôte et de rappeler que «rien ne sépare la démarche philosophique et politique de cette dernière avec les valeurs de solidarité et d’humanisme défendues par le PRG…». Un PRG convaincu que depuis de trop nombreuses années, il est pour la gauche la clef de voûte qui fait l’élection, mais n’en reçoit pas pour autant les fruits d’une fidélité à toutes épreuves… Demain, la donne pourrait-elle changer ?

 

 
Nucléaire ? Le choix interdit…

Force est de constater qu’en France, le sujet est tabou. Et comme nos politiques et les spécialistes du domaine, ne sont pas très clairs sur le sujet et manqueraient même de pédagogie… les Français se contentent de penser majoritairement que sans le nucléaire, on continuerait à s’éclairer à la bougie… Et que pour une fois que l’homme crée un “machin” qui ne pollue pas, pourquoi se plaindre ? Sauf que l’on a tout faux. Car qu’il s’agisse, de la longévité, de la sécurité des centrales, du traitement de leurs déchets comme du coût réel de cette énergie voire même des contraintes qu’elle fait peser sur notre démocratie, dans ce milieu, l’opacité est la règle et pour cause. Sauf que Fukushima est là et que cette catastrophe, même si elle ne prend pas son origine dans une faille technique, a éveillé les consciences et fait poser les questions qui font mal. Que se passerait-il en France si un accident similaire se produisait ? Sommes-nous vraiment préparés à ce type d’événement ? Quel est le poids du lobby nucléaire ? Des interrogations que l’experte en environnement qu’est Corinne Lepage, députée européenne et avocate spécialisée dans les dossiers liés à l’énergie, pose avec légitimité, dans son livre, déjà vendu à près de 20.000 exemplaires. Elle argumente avec sagesse et à-propos, pour répondre aux légitimes questions que se pose désormais l’opinion.
Et avec un seul leitmotiv : «La question à venir n’est plus celle de la gauche ou de la droite mais plutôt celle du choix entre l’action et l’immobilisme. Car nos sociétés ne peuvent continuer à ignorer les conséquences écologiques et sociales de leur développement».
Avec “La Vérité sur le Nucléaire… le choix interdit” proposé par  Corinne Lepage aux Editions Albin Michel, demain on ne pourra plus dire «Je ne savais pas !»

André Gérôme Gallego



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.