[Conseil d'experts] Les obligations convertibles

Jean François EmonetFace à la remontée des taux des marchés boursiers aux tendances incertaines, les Obligations Convertibles sont souvent présentées comme « le meilleur des deux mondes ».

Cabinet Conseil, dans le cadre de nos allocations d’actifs (compte titres bancaires et/ou en assurance vie) nous avons rencontré en juin sur Toulouse l’équipe des gérants de AltaRocca AM (multiboutique Primonial), société de gestion innovante proposant des produits différenciants.

Nous avons analysé leurs fonds AltaRocca Convertibles : pour nos clients investisseurs, cette gestion devrait être une alternative pertinente dans cette période agitée pour les fonds obligataires traditionnels.

 

Qu’est-ce qu’une obligation Convertible ?

Une convertible est un produit hybride entre action et obligation. Elle dispose d’une composante action pour profiter en partie du potentiel d’appréciation des marchés action et d’une composante obligataire qui agit comme un parachute à la baisse grâce à des flux obligataires fixes et connus (hors cas de défaut) et qui permet à certains moments de profiter des mouvements du marché du crédit.

 

Est-ce un bon moyen de diversifier son portefeuille ?

L’introduction d’obligations convertibles dans les portefeuilles diversifiés (obligations, actions, crédit) améliore le couple risque rendement. Elles permettent également d’avoir des performances, sur long terme, proche de celles des actions, tout en conservant une volatilité bien plus faible.

 

Les convertibles sont-elles sensibles aux taux ?

Contrairement à l’idée reçue, les convertibles ont historiquement eu des performances positives en période de hausse des taux… Depuis 1996, les périodes de hausse de taux (donc de baisse des obligations) sont systématiquement des périodes favorables pour les convertibles.

 

Quelles performances peut-on attendre sur les convertibles pour ces prochaines années ?

Si l’on regarde l’historique, les convertibles ont performé en moyenne de 8,2 % par an sur les 20 dernières années. Cette performance est à comparer avec celle des actions de 8.5% par an et celle des obligations de 5,80 % par an. Ce qui est à noter est la faible volatilité des convertibles sur ces 20 dernières années puisque la volatilité des convertibles est en moyenne de 7,1% alors que celle des actions est de 17,2%. Si l’on se projette dans le futur, en étant plus conservateur étant donné le faible niveau des taux et la faible croissance actuellement, un objectif de 6 % par an à horizon 5 ans parait atteignable.

 

Pourquoi Sic Patrimoine préconise de choisir le fonds AltaRocca Convertibles ?

Lancé en janvier 2014, AltaRocca Convertibles (ISIN : FR0011672799) est un fonds de convictions investi dans des obligations convertibles libellées en euros. Il est géré par Muriel Blanchier, Xavier Hoche et Anne-Claire Daussun, 3 experts de la classe d’actif convertibles depuis 20 ans. Les performances de cette équipe sont dans le premier quartile par rapport à leurs concurrents sur les 7 dernières années.

 

RECOMMANDATIONS 

Le choix d’un support financier doit impérativement s’effectuer dans le cadre d’une étude patrimoniale globale ainsi qu’un scoring risque/performance, corrélé à l’horizon de gestion de chaque investisseur. Ce type de support présentant des risques en capital (l’obligation convertible ne bénéficie d’aucune garantie ni protection, il se peut donc que le capital initialement investi ne soit pas intégralement restitué). Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps

Retrouvez le dernier reporting et fiche DCI sur notre site : http://www.sic-patrimoine.com/allocation-dactif-selection-de-fonds/

 

 

 

Photo « SIC GRAPHES JUIN 2015 POUR LE JT » (Nas), légende : « Données graphiques performances du 17 jan 2014 au 5 juin 2015 : Source Bloomberg »

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.