Conférence ; Lutter contre le stress

Dans le cadre de ses ateliers prévention, la Mutuelle Santévie, en collaboration avec la Mutualité Française Midi-Pyrénées, organise aujourd’hui une conférence gratuite sur le thème “Stress et sommeil”. Pour l’animer, le Docteur Michel Roumagnac. Ce médecin généraliste à la retraite prodigue des conseils au public présent, pour éviter cet état aux conséquences parfois graves. Rencontre.

 
Docteur, il y a quelques années, on disait du mal de dos qu’il était le mal du siècle. Peut-on dire aujourd’hui que le stress est le mal de ce 21ème siècle ?
Oui. Vous savez, j’ai été médecin généraliste pendant quarante ans, et je crois que c’est le cas, très honnêtement.

Quelle est la réalité du stress ? L’a-t-on chiffrée ?
Ce que je puis vous dire d’une part, tout en étant probablement en-dessous de la réalité, c’est que 80 à 90 % des consultations de médecine libérale, sont la conséquence directe ou indirecte du stress. D’autre part, le mode de vie, la pression, les exigences professionnelles, la façon dont fonctionne notre société, créent au ni- veau du travail d’abord, des familles et de la société de manière générale, des situations de stress. Nous n’avons pas réellement de données chiffrées mais elles sont en augmentation.

Le stress est-il répertorié comme une maladie ?
Non, le stress n’est pas une maladie au sens propre. Disons qu’il ne faut pas confondre stress et anxiété. Le stress est un état auquel votre organisme doit réagir pour se protéger et se défendre. L’anxiété est, elle, une maladie neuropsychologique.

Une auto-analyse

Prend-on le stress assez au sérieux dans notre pays ?
Oui, je le crois. En tout cas, en ce qui me concerne, je l’ai toujours considéré comme un élément fondamental de mon exercice médical.

Selon une enquête MétéoStress/ Ipsos réalisée en 2009, déjà ¼ des Français exprimait des difficultés à parler de leur stress. Pour quelles raisons ?
Il en existe plusieurs. Il est difficile tout d’abord d’analyser ses propres symptômes. On ne sait pas trop ce qui nous arrive. Beaucoup de gens sont stressés sans pouvoir mettre un mot sur leur état. Ils ont mal à la tête, des difficultés à respirer, mal au ventre, des pathologies cutanées, mais ils ne réalisent pas que tout cela est lié à un stress. Il faudrait faire dans ce cas une auto-analyse.

C’est-à-dire ?
Face à une situation de stress, il faut voir les choses avec beaucoup de clarté, de perspicacité, voir ce qui est véritablement stressant ou pas et ne pas exagérer l’agent stressant.

En parler comme vous allez le faire aujourd’hui à l’occasion de cette conférence, peut justement être une manière de le contrer ?

Absolument. D’ailleurs l’objet de ces conférences est d’aider les gens à mieux gérer leur stress. On n’est pas là pour donner des recettes miracles mais pour mieux maîtriser un problème, il faut mieux le connaître et je suis là pour informer le public. Je fais un peu de physiologie. J’explique ce que sont les réactions de stress : pourquoi la respiration s’accélère, pourquoi le cœur bat, ou encore pourquoi l’on transpire. Quand les gens connaissent mieux les symptômes, ils arrivent à mieux gérer et mieux comprendre ce qui leur arrive. C’est un début de solution.

L’essentiel est de bien dormir

Quels autres conseils donneriez-vous ?
En gros, il faut comme je vous le disais, analyser véritablement la situation, ce qui permet de comprendre pourquoi l’on réagit de tel- le façon et à partir de là, il y a une certaine hygiène de vie à adopter : éviter les excitants le soir, comme le thé ou le café, mais aussi le ta-bac, les drogues, l’alcool. Il ne faut pas hésiter non plus, même si ce n’est pas toujours facile, à parler à son entourage, y compris aux personnes qui vous stressent. Et suivant l’importance du trouble, à son médecin traitant, voire à un psychologue. Après, il existe bien sûr des méthodes de relaxation comme la sophrologie, la relaxation fondamentale, des techniques comme le yoga. Le sport permet également d’évacuer la pression. Enfin, il y a des moyens simples comme une tisane le soir, ou la phytothérapie que je recommande. L’homéopathie peut aider aussi en cas de troubles du sommeil, car l’essentiel est de bien dormir.

Quel danger le stress peut-il recouvrir ? Trop de stress peut-il avoir des conséquences graves ?
C’est une excellente question. On sait maintenant que les maladies cardiovasculaires y compris l’hypertension artérielle et l’infarctus du Myocarde, peuvent être liées au stress. Ensuite il y a ce que l’on appelle un syndrome d’anxiété généralisé. Si cette situation perdure, c’est la dépression qui peut dégénérer jusqu’au suicide. Donc en effet, cela peut aller très loin et avoir de graves conséquences sur notre état de santé.

La conférence que vous allez animer, lie le stress au sommeil…  
Oui. En fait, le sommeil est l’une des premières victimes du stress. Une personne stressée va mal dormir et les troubles du sommeil vont provoquer un état de stress qui va s’accentuer tout au long de la journée. Donc nous allons expliquer également comment améliorer son sommeil et ne pas trop le perturber.

Pour vous, le changement d’heure est-il un problème ?
Il est vrai que cette période est délicate pour les enfants et les adolescents notamment. Mais si l’on fait attention aux horaires de coucher et de lever, on arrive en général en dix, quinze jours à recaler notre horloge biologique.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.