Concert du 14 juillet: « Un gros challenge en 2013 » pour Yvan Cujious

Après Bernard Lavilliers, Cali, Olivia Ruiz et Zebda, l’Orchestre du Capitole et son chef Tugan Sokhiev seront aux commandes du concert 2013 du 14 juillet sur les allées Jean Jaurès. Retour sur cette aventure typiquement toulousaine avec Passerelle Productions, société organisatrice de l’événement depuis cinq ans, et son directeur artistique qui n’est autre que le chanteur Yvan Cujious.

Yvan, Passerelle Productions est en charge de la programmation du 14 juillet à Toulouse sur les allées Jean Jaurès. Peut-on revenir sur la ligne directrice qui sous-tend l’événement depuis cinq ans ?

L’idée était d’organiser la rencontre entre des artistes toulousains et de l’extérieur, aux notoriétés différentes. Avec cette volonté aussi d’avoir une programmation un peu engagée. Nous essayons en effet d’éviter les grosses «machines variétés» pour ne garder que des artistes habités d’un discours pas trop banal, pas trop lisse. Ce qui correspondait tout à fait à Bernard Lavilliers qui a été le premier à « essuyer les plâtres ». Mais le nombre de personnes, 80 000, qui sont venues à la première édition en 2008, nous a confortés dans l’idée qu’il y avait une véritable attente du public toulousain.

Et d’un point de vue purement artistique ?

Comme je vous le disais, nous ne voulons pas tomber dans de la « grosse variété » mais essayer au contraire de créer quelque chose d’unique, de singulier, une identité, qu’on ne va pas retrouver ailleurs. Et franchement, je crois que nous y sommes pas mal arrivés. Je suis assez content de ça. Musicalement, nous voulons du contenu.

Cette année, le classique prend le relais sur scène…

Oui. Nous partons sur un gros challenge puisque l’Orchestre national du Capitole sera l’invité central de ce 14 juillet 2013. Cela constitue une rupture par rapport aux années précédentes.

Pourquoi l’Orchestre national du Capitole ?

Tout simplement parce que c’est l’un des fleurons de la musique toulousaine. Toulouse a beaucoup de référents musicaux dans tout un tas de domaines. On connaît la variété à travers Zebda, ou Laurent Wolf par exemple chez les Djs et pour ce qui est du classique, nous avons un des plus beaux orchestres d’Europe.

«  Une qualité vocale indiscutable »

Quels artistes « extérieurs» seront à ses côtés ?

La programmation n’étant pas complètement arrêtée, il m’est difficile à ce stade de vous donner des noms… Ce que je peux vous dire, c’est que ce seront des artistes connus du grand public et que l’accent sera mis sur la voix. Ce sont de « vrais » chanteurs qui vont se produire pendant une heure et demie. Il y aura aussi certainement parmi eux un artiste international. Le fil directeur de cet événement est un métissage d’artistes de couleurs, d’univers différents mais toujours avec cette qualité vocale indiscutable.

Ces « vrais » chanteurs et l’Orchestre vont par conséquent jouer ensemble ?

Oui, l’Orchestre qui sera dirigé par Tugan Sokhiev, les accompagnera. Et puis nous avons demandé à Yvan Cassar (ancien arrangeur de Claude Nougaro, et ex-directeur musical qui a participé à la Star Académy, ndlr) de travailler sur la partie musicale, arrangements, de se charger de l’interface entre les chanteurs et l’Orchestre.

L’Orchestre national du Capitole se produira-t-il seul à un moment donné de la soirée ?

Oui. Il jouera des standards connus de tous pour être dans le lien populaire. Nous cherchons à fédérer et non à segmenter. C’est notre parti pris, notre ligne éditoriale.

Propos recueillis par Claire Manaud

 

Yvan, le chanteur

Il y a un an presque jour pour jour, Yvan Cujious et ses musiciens se produisaient sur la place Wilson. Un mini-concert pour présenter le deuxième album du chanteur toulousain « J’aime tous les gens » et dénoncer un marché du disque en crise. Aujourd’hui, après avoir assuré la première partie d’Olivia Ruiz au Bikini, Yvan Cujious a plusieurs projets en cours : tout d’abord, celui d’un « plateau toulousain » entre décembre et février 2013/2014 avec ses amis Art Mengo et Magyd Cherfi. « Ce sont des artistes pour lesquels j’ai beaucoup d’admiration. Il y a une dynamique entre nous. » explique-t-il, «Ils ont une approche de la musique un peu voisine de la mienne. Et comme moi, ils sont reliés à Toulouse, ils font corps avec elle, grâce à Claude Nougaro.» Objectif de ce « manège à trois » : revisiter des chansons toulousaines avec l’accordéoniste Lionel Suarez. Environ vingt dates sont prévues dans le grand sud, sur « un axe Garonne ». A partir de la rentrée prochaine, Yvan Cujious annonce également que son spectacle sera mis en scène par Pascal Légitimus, « pour une version plus théâtrale de ses chansons». Autre rendez-vous : ce duo avec Amandine Bourgeois sur une reprise de « C’est pas la joie » d’Henri Salvador. Sortie prévue avant l’été. Enfin, le troisième album d’Yvan Cujious devrait lui sortir en 2014/2015.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.