Comme le disait Edgar Faure…

Le Général de Gaulle disait : «Comment voulez vous gouverner un pays avec plus de 300 sortes de fromages ?». Quarante ans après son départ de l’Elysée, la maxime de l’homme du 18 juin est plus que jamais d’actualité.

 
La preuve ? Les levées de bouclier de toutes les corporations possibles et imaginables suite à l’annonce par Nicolas Sarkozy de la future réforme des collectivités locales. Alors qu’on ne sait toujours rien de la future réforme qui, si elle se fait, risque de ne rien changer sur le fond comme les pseudo réformes faites depuis deux ans, tout ce que la France compte de groupes ayant quelque chose à perdre dans l’affaire se mobilisent à tour de rôle. Un jour, les Sénateurs, dont tout le monde sait le pouvoir de nuisance depuis le mois d’avril 1969 ; un autre, les conseillers généraux qui lancent dans certains départements des pétitions intitulées “jamais sans mon département” prenant en cela la suite des Députés dont certains s’étaient illustrés avec le même slogan afin de maintenir les départements sur les plaques d’immatriculation sans oublier les conseillers régionaux qui craignent, comme les conseillers généraux, de perdre leur poste. Bref, une fois de plus, l’intérêt général passe au 36ème plan, loin derrière les intérêts particuliers…

 

L’immobilisme est en marche

Pourtant une profonde réforme des collectivités locales s’impose. Comment peut-on en effet justifier que la France, pays d’économie de marché ouvert sur le monde, a moitié plus d’échelons administratifs que l’ex-URSS qui était un pays d’économie administrée vivant en autarcie ?
En effet quand l’ex-URSS avait 4 échelons administratifs (la ville ; le soviet local ; la république (Russie, Ukraine etc.) et le soviet suprême à Moscou), la France en a 6 avec les communes, les communautés de communes, les départements, les régions, l’Etat et l’Europe. L’URSS où 293 millions d’habitants répartis sur 22.5 millions de km² (45 fois la France) vivant sur 11 fuseaux horaires contre 63 millions d’habitants sur 550 000 km² et un seul fuseau horaire (hors DOM-TOM). Incroyable quand on sait que cette organisation administrative avait été mise en place par Lénine et Staline qui n’étaient pas à proprement parler des ultra libéraux et qui l’étaient pourtant plus que les dirigeants français qui rajoutent une couche au mille-feuille dès que cela est possible (voir l’ineptie des “pays”).
Bref, avec ces levées de boucliers à répétition, on peut d’ores et déjà penser que cette réforme a du plomb dans l’aile… Comme disait Edgar Faure : «L’immobilisme est en marche et rien ne pourra l’arrêter».

Philippe David
www.vudedroite.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.