Cité de l’Espace ; Du nouveau sous le soleil

Plus aéré, plus ludique, le nouveau Pôle Météo de la Cité de l’Espace a été officiellement inauguré il y a quelques jours. Une idée de sortie dans le vent pour ces vacances de février avec une offre spéciale jusqu’au 31 mars.

 

Les Français de plus en plus accros à la météo. Cette addiction remonterait en fait à 1999, année de la terrible tempête qui a frappé non seulement notre pays mais aussi les esprits. La canicule de 2003 a elle aussi laissé des traces. Plus légèrement, les 35h, les RTT, les week-ends prolongés de trois, quatre jours, font que la météo est devenue le compagnon de route idéal pour anticiper, savoir si l’on fait le bon choix de quitter la grisaille ou pas. Oui, après le bison, c’est la grenouille qui devient futée. Pour découvrir cet univers, il suffit de se rendre à la Cité de l’Espace qui vient de rénover son Pôle Météo. Plus aéré, plus ludique, cet équipement qui a demandé plus d’un an de travail, a été conçu en adéquation avec l’avancée des connaissances scientifiques : «Notre objectif est de rendre le discours le plus accessible possible et l’information la plus complète» explique Marc Moutin, Directeur des programmes à la Cité de l’Espace. Exemple avec cette borne interactive reliée à la station météo de Blagnac qui permet de mesurer l’atmosphère en temps réel. Ou bien “L’ascenseur atmosphérique” qui emmène le visiteur dans un voyage à travers les couches de l’atmosphère, “La météo du monde” qui révèle en temps réel le temps dans les grands villes du globe, “La météo du jour de votre naissance” et cette attraction phare, “Le Studio TV” grâce auquel, l’on peut s’enregistrer en train de présenter un bulletin météo et visionner ensuite le résultat en vidéo.

 

Entre la science et le rêve

Mais une prévision météo n’est pas simple à réaliser : imperfections, aléas… Il arrive, malgré les stations, les satellites et autres ballons sondes que les spécialistes en la matière se trompent. Trois raisons essentielles à cela. Premièrement, l’observation qui peut être imparfaite. Selon que la zone est surveillée par une station ou un satellite, les informations n’auront pas la même précision. La connaissance de l’atmosphère, elle aussi imparfaite, et enfin malgré leur puissance, la limite des supercalculateurs, ces ordinateurs utilisés en prévision météo. «On peut néanmoins évaluer notre taux de réussite à 85 %» estime Denis Arcos. Ce prévisionniste, animateur météo à la Cité de l’Espace, s’appuie en particulier sur des images satellites transmises en temps réel et des animations vidéo commentées en direct pour renseigner le public et lui expliquer son métier. Car ce Pôle Météo a pour ambition de susciter des vocations : «C’est grâce à cette approche entre la science et le rêve que l’on peut espérer attirer les jeunes, qui seront les scientifiques de demain. C’est très important pour nous à l’heure où ces jeunes préfèrent aujourd’hui s’engager par exemple dans la voie de la finance.» confie Alain Ratier. Saluant au passage le travail du CNES, le Directeur Général adjoint de Météo France, a par ailleurs qualifié cette inauguration de «symbiose entre la météorologie et l’espace».
D’ici 2012, toutes les expositions permanentes de la Cité de l’Espace à l’instar du Pôle Météo seront rénovées les unes après les autres ; ceci dans le but d’accueillir du 29 mai au 2 juin de cette même année, Escite, le Congrès des musées européens de cultures scientifiques.

Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.