Christel Vidal Il s’amuse à Toulouse


 

Retrouvez l’interview en vidéo sur ce lien

Télé (TLT), théâtre («Le grand Willy et son stagiaire»), cinéma («Le Fils à Jo»)… Ce Toulousain pur sucre est sur tous les fronts. Il est devenu au fil des années, et surtout avec ses désopilantes caméras cachées, l’un des visages les plus connus de la «ville rose.»
Quels sont vos souvenirs d’enfance à Toulouse ?
Je suis un vrai Toulousain, né dans le quartier des Merlettes. J’y ai commis mes plus grosses bêtises. Chut, il ne faut pas le dire à mes parents ! J’y ai joué au foot dans un club qui s’appelle le TAC ; et tous mes souvenirs d’enfance sont liés à cet endroit jusqu’à ce que mes parents déménagent à Tournefeuille…
Quel est votre lieu préféré à Toulouse ?
J’aime notre centre-ville. J’aime le fait de ne pas prendre la voiture.


Quelle est la personnalité toulousaine qui vous a le plus marqué ?
Je vais en citer deux. Bien entendu Claude Nougaro… A mes débuts sur TLT, j’avais eu l’occasion de le rencontrer. Il a laissé un souvenir toujours présent dans ma tête ! Et grâce à lui, j’ai connu Yvan Cujious que j’apprécie également beaucoup.
Pour vous, qu’est-ce qui fait l’originalité des Toulousains ?
J’ai réalisé des caméras cachées durant cinq ans pour TLT («Priz’opiège»), et j’ai pu constater le bon état d’esprit des Toulousains. Durant mes sketches, cela a parfois été «chaud», mais cela n’a jamais mal tourné… Et souvent, les Toulousains étaient là pour m’aider. Toujours là pour me sortir de la situation dans laquelle j’étais. Aujourd’hui je leur dis «un grand merci» ! Qu’ils ne m’en veuillent plus de les avoir piégés !
39 ans de fidélité à Toulouse
Qu’est-ce que vous n’aimez pas à Toulouse ?
Le prix des taxis ! On sanctionne les automobilistes qui sont sous l’emprise de l’alcool, et c’est normal… Seulement quand on réprimande d’un côté, il faut donner des solutions de l’autre. Or, si vous allez à New-York ou en Espagne, vous constaterez que dans les rues, il y a plus de taxis que de voitures. Tout simplement car le taxi y est moins cher ! Il faut imaginer à Toulouse le taxi à moindre coût. On constaterait alors que les jeunes prendraient beaucoup moins la voiture les soirs de fête.
Avec quel mot faites-vous rimer Toulouse ?
J’en ai bien une qui me vient à l’esprit mais c’est pas jouable de l’écrire pour votre numéro 500 ! J’ai les idées trop mal placées sûrement ! Toulouse, c’est pas la lose, non, notre ville n’est pas ringarde !
Si vous deviez déclarer votre «flamme» à Toulouse, que lui diriez-vous ?
Cela fait 39 ans que je te suis fidèle et comme on dit «Quand on reste, c’est qu’on est bien non ?»
Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.