Cancéropôle; Les premiers bâtiments en 2009

Vendredi dernier, Philippe Douste-Blazy et Pierre Cohen ont présenté un bilan d’étape des travaux de Langlade où se dressera bientôt le vaste site du Cancéropôle.

 
C’est non sans une certaine émotion que Philippe Douste-Blazy a fait son retour Salle des Illustres au Capitole pour évoquer l’avancée du Cancéropôle. «De tout ce que j’ai réalisé dans la vie locale, le Cancéropôle est ce qu’il y a de plus fort.» Ce campus dédié à la lutte contre le cancer et installé sur un site hautement symbolique devrait accueillir ses premiers occupants au premier semestre 2009, à commencer par les laboratoires privés Pierre Fabre et Sanofi-Aventis. Ce dernier a investi près de 300 millions d’euros pour développer ses capacités de recherche et emploiera à terme plus de 1 000 personnes sur le site. De son côté, Pierre Fabre devrait être opérationnel au printemps 2009 avec à la clé 750 emplois. «Le défi du Cancéropôle est de regrouper des chercheurs fondamentalistes et des cliniciens, publics et privés», explique l’ancien ministre de la Santé.

 


Autre bâtiment très attendu, l’Institut des Technologies Avancées des Sciences du Vivant (ITAV) : «Il sera livré lui aussi au printemps 2009 et accueillera ses premières équipes dans un an», précise Pierre Cohen. Mais le pilier du Cancéropôle reste sa Clinique du Cancer qui réunira sur le même site le CHU, l’institut Claudius Regaud et l’ONCOMIP (réseau régional de cancérologie). Les premières pierres devraient être posées dès la fin de l’année 2008 pour une mise en service en 2012. Cet équipement hospitalier de 312 lits représente un ensemble de soins et de recherche où «le malade sera au cœur des préoccupations.»
Seule ombre au tableau, la dépollution des ballastières qui n’est pas encore achevée. «Nous allons tout faire pour que le site soit entièrement dépollué à l’arrivée des premiers malades», avertit Pierre Cohen. Côté financement, Philippe Douste-Blazy parle d’1,2 milliard d’investissement mais il reste encore 50 000 m2 à pourvoir. Les élus espèrent l’arrivée de nouvelles entreprises privées et de chercheurs, et une importante levée de fonds est prévue l’an prochain aux Etats-Unis.

Cohen et Douste main dans la main

 


Qui l’aurait cru ? Pierre Cohen, maire socialiste de Toulouse, et Philippe Douste-Blazy, ancien secrétaire général de l’UMP, embarqués ensemble dans un même projet colossal ? C’est en tous cas avec chaleur et bonne humeur que les deux hommes ont présenté l’avancée des travaux du Cancéropôle et annoncé du changement à la tête du site : Pierre Cohen va dans les prochains jours en devenir le président tandis que Philippe Douste-Blazy conservera son poste de directeur de la fondation InNaBioSanté. Ce dernier n’a pas tari d’éloges sur le maire de Toulouse et son implication dans le projet : «Revenir dans une mairie que l’on a dirigée est une émotion mais revenir pour poursuivre un projet après une alternance politique est un réel plaisir. Pierre Cohen est un homme passionné qui veut réussir.» De son côté, Pierre Cohen a souligné le «nécessaire rassemblement des forces» avant d’évoquer sa volonté de faire du Cancéropôle «un nouveau morceau de ville à l’échelle de l’homme» et de «penser une meilleure organisation». C’est avec un sourire complice que les deux figures de proue du projet ont entamé une nouvelle ère dans la gouvernance du campus. Et n’oublions pas que Philippe Douste-Blazy est né à Lourdes, ville de tous les miracles.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.