Budget primitif de Toulouse; Dans la continuité de la campagne

Le conseil municipal de Toulouse, réuni vendredi dernier, a voté le budget primitif de la ville avec une priorité donnée aux transports et à la stabilité fiscale. [img align=left]http://www.premiere-reponse.com/JT/uploads/img480764ddbd367.jpg[/img]

«Nous devions voter ce budget avant le 15 avril, ce qui rend difficile voire impossible un vrai débat sur ce sujet.» Ce constat a poussé le maire de Toulouse Pierre Cohen à envisager le vote du budget primitif de la ville en deux temps : l’un transitoire de 755 363 516 euros et l’autre supplémentaire examiné au début de l’été. Mais, s’inscrivant dans la continuité de sa campagne électorale, le nouveau maire a décidé de faire voter une provision de 15 millions d’euros allouée aux transports et qui sera répartie suite aux Assises de la Mobilité, tenues de mai à juin prochains. Une décision suivie par l’opposition municipale malgré les réserves de François Chollet : «Cette mesure n’est pas choquante sur le fond car nous adhérons pleinement à cette priorité des transports. Mais je soulève un problème d’équité dans les modalités : l’effort va peser uniquement sur les Toulousains alors que les transports concernent les communautés alentour. Celles-ci s’aligneront-elles sur ce budget primitif ?» Une interrogation balayée par Pierre Cohen : «Nous avons recensé un grand nombre de retards sur le maillage bus/navettes dans Toulouse intra-muros. Nous ne sommes pas dans l’idée d’une ville qui vit aux crochets du Grand Toulouse. Les Assises de la Mobilité doivent permettre de faire le point et de lancer un plan de déplacement urbain dans l’agglomération, les différentes collectivités locales devant dès lors se mobilier.»

La petite victoire de Mirassou

Autre temps fort de ce conseil municipal, le vote de la fiscalité locale. Les élus ont décidé de maintenir en 2008 les taux votés en 2007, soit 19,55% pour la taxe d’habitation, 21,96% pour la taxe de foncier bâti et 84,81% pour la taxe de foncier non bâti. L’occasion pour la majorité de tordre le cou aux rumeurs lancées par l’équipe de Jean-Luc Moudenc lors de la campagne municipale : «Un budget de transition est un budget de vérité», a lancé François Briançon, adjoint aux sports, faisant directement allusion aux tracts jugés mensongers par Pierre Cohen, prétendant une augmentation des impôts de 60% par la gauche.
En réponse aux accusations de Françoise de Veyrinas, le socialiste Jean-Jacques Mirassou a tenu à mettre les choses à plat : «Le Conseil Général ne sera plus considéré comme un guichet. Nous allons mettre en place une relation partenariale avec un regard neuf sur la collaboration des collectivités territoriales.» Un Jean-Jacques Mirassou qui illustrait à lui tout seul un événement pour la gauche. Elu d’opposition frustré durant plus de 25 ans, celui-ci avait déploré lors de la campagne municipale «ne jamais avoir voté de budget, sauf celui des balais de bruyère ! » Vendredi dernier, Mirassou, passé à la majorité, a pu enfin faire valoir sa voix !

Sophie Orus

Des Assises de la Démocratie

Le conseil municipal de vendredi dernier fut également l’occasion pour Pierre Cohen de présenter l’enjeu des prochaines Assises de la Démocratie, en septembre prochain. Interrogé par Danielle Damin sur l’avenir des maires de quartier, celui-ci a mis les choses au clair : «Les maires de quartier étaient jusqu’à présent discrédités par un manque de crédibilité et une soumission à l’organisation globale. Nous souhaitons une autre approche du territoire en ne calquant plus les secteurs sur l’administratif.» Jean-Michel Fabre sera chargé de mener ces Assises, épaulé par six adjoints territoriaux : «Nous allons discuter avec les habitants pour poser de nouveaux périmètres et apporter une véritable démocratie de proximité. Je tiens à rappeler qu’actuellement, les 52 élus de la majorité sont présents et se relaient pour assurer les permanences dans les mairies de quartier.»



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.