Blagnac ; Pas de répit pour Alzheimer !

Première en Midi-Pyrénées, la halte répit Alzheimer vient d’être inaugurée à Blagnac. Cette structure qui a vu le jour grâce à l’association Jehré, au Rotary Club et à la Mairie de Blagnac, a pour double objectif d’accueillir les malades légers et de soulager les aidants familiaux.

 
Les chiffres sont éloquents. La maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui près de 800.000 personnes en France. D’ici 2020, les spécialistes évaluent à plus d’un million, le nombre de Français qui en seront atteints (probablement plus de 2 millions en 2040).
Aux côtés de ces malades, des familles qui éprouvent un profond sentiment d’isolement, d’impuissance. C’est précisément ce qu’a vécu Hubert Cingal et ce qui va le pousser à agir, lorsqu’il apprend que sa mère souffre de cette affection neuro-dégénérative. «Nous nous sommes retrouvés seuls, sans structure pour nous épauler. Un vrai parcours du combattant» raconte-t-il. Alors président du Rotary Club Toulouse Ovalie, il crée voilà quatre ans avec l’aide de plusieurs autres clubs du Grand Toulouse, l’association Jehré (pour Jéhanne du prénom de cette mère aujourd’hui disparue et René, un autre malade). Son objectif : ouvrir une halte répit, qui serait complémentaire des services de maintien à domicile avant l’admission en institution, «le chaînon manquant entre l’accueil de jour et la famille» résume Hubert Cingal, qui en appelle aux politiques pour la réalisation de ce projet à forte dimension sociale et humaine.
Sans hésiter, la ville de Blagnac lui donne son aval. Son maire, Bernard Keller, est concerné : «Depuis que je suis maire» confie-t-il, «j’ai eu le témoignage de centaines de familles qui sont touchées par cette fichue maladie. Notre devoir en tant que municipalité est de tout faire pour mieux accompagner ces personnes, aussi bien les malades que les accompagnants. Il faut prévenir l’épuisement des familles». Les locaux d’une ancienne halte… garderie cette fois, sont ainsi transformés pour 35 000 euros de travaux et mis gracieusement à la disposition de ces nouveaux résidents par la municipalité.

 

Après Blagnac, Saint Lys et Albi

D’une capacité de 15 places, la halte répit Alzheimer de Blagnac accueille les “cas modérés” (et leurs proches s’ils le souhaitent) deux après-midi par semaine, les mardi et jeudi de 14h à 17h, pour 12 euros (l’abonnement annuel à l’association est lui de 10 euros). Au programme, ateliers de stimulation des fonctions cognitives, ateliers cuisine, jeux, conversations… «Nous avons un entretien préliminaire avec la famille pour savoir si la structure est adaptée au malade.» explique Aurélie Sanchez, l’une des deux psychologues de l’équipe, composée par ailleurs de bénévoles. «Nous voulons faire de cet endroit un lieu de parole, de rencontres, de formation pour ces familles qui bien souvent renient la maladie» regrette Hubert Cingal.
Dans un proche avenir, l’association Jehré espère pouvoir ouvrir la halte répit quotidiennement. En attendant, l’initiative blagnacaise fait son chemin. Une structure du même type pourrait voir le jour à Saint Lys en 2012. Son maire, Jacques Tène, ayant travaillé dans le secteur médico-social, y est plus que favorable : «Il faut que l’humain prenne le dessus sur l’économie. Notre société doit être accueillante et respecter nos aînés. Pour se faire, nous avons besoin de retravailler sur la question du maintien à domicile». Une troisième halte répit Alzheimer est également en pourparlers à Albi.

Claire Manaud, avec Cyrielle Liégeois

Pour tout renseignement
Halte répit Alzheimer Blagnac
25 rue des Azalées
05 61 58 42 06


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.