Billet d’Humeur ; Pierre Cohen met en première ligne ses sherpas…

La majorité PS toulousaine serait-elle au bord de la crise de nerfs ? On n’en est pas loin à en juger les vociférations de certains adjoints lors du dernier conseil municipal, déclenchées par Jean-Luc Moudenc. L’ancien maire, visiblement très à l’aise dans son rôle de “poil à gratter” va d’abord égrener quelques griefs à l’encontre de l’équipe municipale en place depuis dix-huit mois : retard sur l’aménagement de la rue Alsace, grève des éboueurs et dialogue social, condamnation du traitement des aînés toulousains par rapport aux fêtes de fin d’année ainsi que de l’arrachage des drapeaux français et occitan du fronton du Capitole le soir du match de football Algérie-Egypte. Ce dernier va non sans une certaine ironie se féliciter par ailleurs de cette “démarche intéressante” qu’est la Fabrique Urbaine, tout en précisant toutefois, qu’elle n’est en réalité que «la reprise des principes mis en place par l’ancienne équipe municipale».

 
« Déni de suffrage universel ! »

Trop c’est trop pour François Briançon, adjoint aux sports et aux loisirs, qui raille à son tour le Président de Toulouse pour tous : «Jean-Luc Moudenc doit avoir du temps libre pour s’intéresser à tous ces sujets… Chaque point que vous jugez positif dans notre action, c’est parce que c’est soi-disant la continuité de votre politique ! Or, Monsieur Moudenc, nous n’avons pas été élu pour poursuivre votre programme électoral mais justement pour changer votre politique ! C’est ça la démocratie ! Vous faites un déni du suffrage universel ! Laissez-nous le droit de travailler comme les Toulousains nous ont demandé de le faire ! Ce sont eux qui nous jugeront !» Dont acte.
Même la doucereuse Cécile Ramos, en charge du 3ème âge, se réveillait enfin en prenant avec vigueur le relais de son collègue…
Par contre silence total, lors du dernier Conseil Municipal, sur la future augmentation des impôts locaux, alors que justement il avait été promis aux Toulousains, par Pierre Cohen, que rien ne bougerait… En fait l’intéressé s’est adressé aux Toulousains, via notre confrère Europe 1, pour indiquer que cette augmentation «devrait avoisiner en 2010 les 5 %». Notons que la progression des impôts locaux avait déjà été pour l’année 2008-2009 de 5,3 %. Alors que depuis 2002 l’évolution n’avait pas dépassé 2,3 %.
Affaire à suivre…

AGG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.