BHNS : la gronde se répand…

 

 Le projet de Bus à Haut Niveau de Service qui reliera Plaisance du Touch à la gare Matabiau est loin de faire l’unanimité. La gronde qui est partie de Lardenne, il y a un an, touche aujourd’hui le quartier Saint-Cyprien, mais également Plaisance-du-Touch et Tournefeuille. Le point sur une colère qui enfle.

Sur le papier, le projet est séduisant. Le BHNS, bus de 25 mètres de long qui circule uniquement en site propre, doit relier Plaisance-du-Touch à la gare Matabiau en 45 minutes. Soit une ligne de 18 km pour la modique somme de 180 millions d’euros. Les travaux devraient débuter en 2015, pour une durée de deux ans. Mais l’opportunité de ce projet est vivement contestée par diverses associations de quartier, qui ne comptent pas lâcher prise. A Lardenne, point de départ de la controverse, « on est toujours mobilisé », assure Yannick Cazaux, président de Lardenne Actif, qui regroupe commerçants, artisans et professions libérales de l’avenue. Depuis un an, il reproche au tracé du BHNS d’être « inapproprié, car il ne dessert pas les principaux bassins d’emploi que sont Basso Cambo et Colomiers. » Il craint également les conséquences pour son quartier, tant au niveau de la circulation que des emplois liés aux nombreux commerces implantés. Le bus traversera l’avenue, avec de chaque côté, une voie de circulation à sens unique. « Cela posera problème lorsque les camions de livraison bloqueront les voies, ou même lorsque les secours devront doubler rapidement toutes les voitures. » Quant aux commerces, «combien survivront aux travaux ?» Ces derniers engendreraient « une baisse du flux, donc une baisse des ventes, avec des charges inchangées sur les salariés, ce qui va aboutir inévitablement à des licenciements», s’inquiète le président de l’association, qui souligne que l’avenue de Lardenne « concentre 300 emplois en 400 mètres. » Beaucoup de sacrifices, « pour au final ne pas le remplir, car en dehors des heures de pointe, il n’y a personne dans les bus. »

A Saint-Cyprien, le combat des riverains et commerçants a commencé en avril dernier, « lorsque nous avons appris que le tracé passait par l’avenue Etienne Billières», explique Marie-Claude Santucci, présidente de l’association Sauvegarde du quartier Saint-Cyprien. D’abord un collectif, l’association ne s’est constituée que le 24 août dernier, en réaction au projet du BHNS (contrairement à Lardenne Actif qui existe depuis 1994, ndlr). En peu de temps, elle a déjà regroupé plus de 150 membres. Preuve que l’inquiétude est forte. « Le week-end dernier, nous avons distribué 3000 tracts dans le quartier, avec notre slogan : une nouvelle autoroute à Saint-Cyprien », affirme la présidente.  D’autres actions viendront pour combattre ce projet « dont nous n’avons pas besoin car nous sommes à quatre arrêts de métro de la gare. » Nicolas Tissot, adjoint au maire délégué du quartier Saint-Cyprien, regrette d’entendre « les mêmes arguments qu’en juin (lors de la réunion qu’il a tenue avec les habitants, ndlr), alors que nous avons répondu à toutes les interrogations. » Exaspéré par le nouveau slogan trouvé par l’association pour dénoncer « le passage d’un bus toutes les 7 minutes, soit 300 bus par jour » (dixit Marie-Claude Santucci), il rétorque : « Une voiture passe toutes les 5 secondes, l’autoroute c’est aujourd’hui. » Selon lui, il est clair que les représentants de cette association « cherchent la polémique et en cette période de campagne électorale, on peut se poser des questions… D’autant qu’il reste encore du temps pour discuter de ce projet. »

 

Une lutte qui prend des airs politiques

A Toulouse, Tournefeuille et Plaisance, le débat a pris un tournant plus politique. Les associations Toulouse avenir, Demain Tournefeuille et Tous pour Plaisance se sont positionnées clairement contre le projet. Toutes trois sont ancrées à droite et œuvrent pour les oppositions municipales… « On ne cherche pas à politiser les choses, c’est le terrain qui nous intéresse », assure Emilion Esnault, responsable de la communication de Toulouse avenir, qui précise toutefois : « Pierre Cohen veut aller vite car les municipales approchent, donc ce projet est en soi politique. » Chacune de ces associations propose son alternative. A Toulouse, « on suggère de doubler la capacité du métro et de rajouter des lignes de bus pour irriguer le réseau jusqu’à Plaisance », poursuit-il. Demain Tournefeuille a travaillé sur deux autres tracés possibles du BHNS, dans un document distribué aux habitants. A Plaisance-du- Touch, ville de départ principalement concernée, la réaction ne s’est pas fait attendre : « On a voulu agir rapidement, réalisant l’importance que prenait le projet et la gravité pour notre cité : actuellement la circulation est complètement saturée, notamment à cause des travaux, ce sera catastrophique si cela se fait », s’inquiète Jacques Viguier, ancien président de Plaisance pour Tous (aujourd’hui candidat aux prochaines municipales, ndlr). Pour lui, « il est hors de question de respecter le tracé prévu via l’avenue des Pyrénées, artère principale du centre-ville : on va tuer les commerces qui ne seront alors plus accessibles en voiture.»  L’association propose de prolonger la ligne 63 jusqu’à l’entrée de Plaisance du Touch et la ligne 48 en cours de construction, afin de permettre aux habitants de se rendre à Basso Cambo et à Colomiers. « Ce sont les destinations les plus demandées d’après notre enquête, qui concorde d’ailleurs avec les chiffres de l’enquête Tisséo… » Le temps de la discussion n’est pas fini. Une concertation publique obligatoire (contrairement à celle menée en début d’année par la municipalité, ndlr) sera organisée courant 2014 pour être prête avant l’enquête publique qui se tiendra fin 2014. Pas de doute que les élections municipales en mars changeront la donne sur la réalisation de ce projet.

 

Coralie Bombail et Aurélie Renne



4 COMMENTAIRES SUR BHNS : la gronde se répand…

  1. Romuald Pagnucco dit :

    D’un coté on a un projet qui ne convient pas aux habitants/commerçants et de l’autre coté on a des élus qui disent “vous ne comprenez rien”, de toute façon on va faire ce que l’on veut. Il ne faut pas chercher bien loin la source de la colère des gens qui vivent ou travaillent dans ces quartiers.

    Les élus socialistes n’ont toujours pas compris que les toulousains veulent le choix du mode de transport. On ne va pas diminuer les bouchons en interdisant techniquement la voiture. Il faut utiliser tous les transports, pas les opposer, ni les substituer !

    J’insiste mais la municipalité n’a toujours pas indiqué qu’est-ce qu’elle nous prépare pour la trémie St-Cyprien ! Va telle être détruite comme à St-Michel ? http://www.pagnucco.net/images/tremiestcyprien.jpg

  2. Patrick Aubin dit :

    La phase dite de préconcertation est terminée : en tant qu’élu de Tournefeuille, j’ai fourni mon avis qui est intégré dans le compte-rendu du conseil municipal du 9 juillet 2013 (bientôt disponible sur le site de la commune). Il est déjà disponible sur mon blog :

    http://patrickaubin.blogspot.fr/2013/07/bhns-toujours-et-encore-phase-de.html

  3. BHNS.Toulouse.Ouest.Free.Fr dit :

    Plus d’informations sur cette ligne de transport durable :

    http://BHNS.Toulouse.Ouest.Free.Fr

  4. Fred dit :

    Vite, on a absolument besoin de cette liaison, dépêchez-vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.