Béatification de sa Sainteté Jean Paul II ; « N’ayez pas peur… »

La paix était en lui et loin de vouloir imposer des règles à notre vie, il tentait simplement de nous montrer, de nous attirer vers l’idéal. Il était homme de mission et de devoir et tout au long de son existence il sut placer, dans son action, les Droits de l’Homme. Les puristes nous rappelleront qu’il s’est inspiré des intuitions de Jean XXIII dans son encyclique «Pacem in terris» voire même et pourquoi pas inscrit dans la continuité de Vatican II. Mais il aura surtout été par sa vision supérieure, l’instigateur d’une plus large prise de conscience d’une loi, morale universelle d’où découleraient, pour le citoyen des droits qu’ils soient civils, religieux, politiques, sociaux, culturels, mais aussi comme du simple développement personnel voire même encourager à la prospective environnementale. Ce n’est pas un hasard si dans toutes ses interventions et quel qu’en soit le lieu, les interlocuteurs, il ne manquera pas, à l’ONU, à l’UNESCO, au Parlement européen et dans bon nombre de dictatures, de prendre référence et appui, en permanence, sur la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

 
Comme de logique la liberté religieuse sera son cheval de bataille, à ses yeux le premier des droits. Dans la Pologne qui l’a vu naître, il saura en mesurer la force pour chasser le communisme et démontrer que là ou ailleurs, il ne devra plus y avoir d’Église du silence. Pour lui, les religions doivent concourir à la paix, la liberté religieuse venant en constituer la première garantie. Il sera le premier à tendre la main vers les juifs, reconnaître l’Holocauste, l’Inquisition, partager avec les musulmans des valeurs supérieures de savoir comme de lumières.
Le Pape a voulu également et tout en les soutenant, placer les pays développés devant leurs responsabilités, en leur rappelant que la liberté est un bien trop précieux pour le galvauder. Même s’il savait par expérience que le trop plein de démocratie peut engendrer lui aussi ses propres dérives, Jean-Paul II ne niait pas que l’Église a souvent été cataloguée comme défenseur de l’ordre établi, alors il n’hésitera pas à être le nouvel aiguillon des systèmes dits libéraux. Son attention aux populations victimes de régimes autoritaires, à plus forte raison dans les pays à tradition catholique, sera d’autant plus crainte et remarquée.
Argentine, Brésil, Guatemala, Cameroun, Salvador, Paraguay, Chili, Haïti, Afrique du Sud, autant de dictatures où les visites du Souverain Pontife, ne sont pas passées inaperçues et ses vœux de justice sociale comme de liberté individuelle, ni restés sans lendemain. Il ira même jusqu’à rappeler à leurs devoirs les évêques un peu trop conciliants avec quelques dictateurs. C’est l’un des premiers qui osera établir un lien entre corruption politique et pauvreté ; il en appellera à la morale. Il parrainera même la campagne pour la remise de la dette des pays les plus pauvres par les organismes financiers internationaux et par les pays développés.

 

 
A nous croyants…

Le message que voudra nous transmettre Jean Paul II tout au long de son pontificat sera double : l’aider à restaurer une Eglise ébranlée par le concile Vatican II et renforcer sa présence dans la société pour qu’elle puisse réaliser sa tâche d’évangélisation. Oui, l’aider à créer les conditions pour que l’Eglise puisse mieux transmettre le message de l’Evangile dans un monde toujours plus complexe.
Ainsi, il nous rappellera souvent que l’Évangile est la déclaration la plus achevée de tous les droits de l’Homme. Car elle exprime ce que Dieu a inscrit dans l’ordre qu’il a lui-même créé, ainsi que dans la conscience morale ; dans le cœur de l’Homme.  
Mais surtout et pour le commun des mortels, il affirmera sans cesse : «N’ayez pas peur de devenir des saints ! N’ayez pas peur de devenir des saints dans votre vie, maintenant !»…

André Gérôme Gallego


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.