Avant les vacances, les élus toulousains s’agitent ; Dérapage et attaques : un conseil municipal

Pierre Cohen craignait le dérapage de Chantal Dounot Sobraques, il l'a eu!

Le 6 juillet dernier a eu lieu le dernier conseil municipal toulousain avant les congés. L’occasion pour la majorité de Pierre Cohen de soutenir les athlètes de notre ville qui vont participer aux Jeux Olympiques, ou de s’attaquer aux règlements de stationnement en centre-ville pour certaines professions. En début de séance, il y avait déjà un parfum de campagne municipale entre Pierre Cohen et le nouveau député Jean-Luc Moudenc. Une passe d’armes qui en promet d’autres : «Pour l’avoir vécu pendant cinq ans, il va pouvoir se rendre compte de tout le plaisir que c’est d’être minoritaire. De ce que l’ai lu dans la presse, il s’est déjà donné une feuille de route (allusion non déguisée aux ambitions toulousaines du patron local de l’UMP).» La réplique de JLM n’aura pas tardé : «Je sais Mr le Maire que ces élections ont été une épreuve douloureuse pour vous (référence au soutien faussement non officiel de Pierre Cohen à la candidature d’Alain Fillola). Je serai le seul député auprès des Toulousains au sein de ce conseil.» L’adjoint François Briançon, par ailleurs président du groupe «Socialiste, radical et républicain», a réagi aux attaques plus ou moins dissimulées de l’ancien maire : «Jean-Luc Moudenc ne doit son élection qu’à des voix venues hors de Toulouse. Je trouve un peu dommage qu’il fasse un débat politique là où nous devrions avoir un débat républicain, mais ça le regarde.» Plus étonnant le débat auquel nous avons assisté entre les deux groupes d’opposition avec une sévère mise en garde de René Bouscatel (après l’avoir félicité pour son élection) à destination de Jean-Luc Moudenc : «Quand on perd, il faut se préparer à gagner. Je demande moins d’hégémonie personnelle qui vient affaiblir notre opposition.» Des propos dans lesquels nos confrères de «La Dépêche du Midi» ont vu un René Bouscatel qui «a tendu la main» (dans un article paru le 7 juillet dernier). Notre rédaction y voit davantage une critique et un véritable avertissement à destination du tout nouveau député. Un sentiment partagé par François Briançon sur son compte Twitter : «Violente charge de René Bouscatel contre Jean-Luc Moudenc en ouverture du conseil municipal «l’opposition ce n’est pas que vous»». Mais le fait malheureusement marquant de conseil restera le dérapage de l’élue UMP Chantal Dounot-Sobraques, venu au cours d’une délibération attribuant une subvention aux homodonneurs : «Le vagin est fait pour les rapports sexuels, pas l’anus.» Des propos choquants, au moment où certains débats sont posés à la société, et qui ont plongé l’assemblée dans un certain malaise. Un dérapage qui oblige désormais le président de l’UMP 31 Jean-Luc Moudenc, et la président du groupe «Toulouse métropole d’Europe» Marie Déqué, à préciser les prises de position des uns et des autres sur le sujet, et qui risque de nécessiter un recadrage de l’élue concernée. Tout peut-être dit, mais tout peut-il être acceptable ? Nous pouvons en douter.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.