Avant les avions, il y avait le tabac

En flânant sur les bords de Garonne, il est impossible de manquer ce bel édifice situé du côté du Bazacle : la Manufacture des tabacs. Aujourd’hui site universitaire, l’édifice était hier et avant l’aéronautique, un haut lieu industriel toulousain voire national. Pour alimenter les coffres du pays, Napoléon 1er décide, en 1811, de nationaliser les manufactures de tabac françaises et de créer la régie des tabacs. A l’époque, la plus grande et ancienne manufacture de tabac toulousaine était située rue de la Pomme. La situation géographique de la ville étant idéale, avec le canal du Midi, la Garonne, et la main d’œuvre nombreuse, Toulouse devient vite un haut lieu de la production industrielle de tabac du pays. A l’étroit dans les murs de la rue de la Pomme, la Manufacture déménage dans l’ancien monastère de la Daurade (qui abritait avant un atelier de filature de coton). Face à l’activité croissante, un nouveau site pour les opérations mécaniques est créé sur un terrain au Bazacle. La proximité de la Garonne permet alors d’utiliser une roue hydraulique pour activer les machines pileuses de poudre. C’est en 1892 que le bâtiment que nous connaissons, est construit. Ainsi, la Manufacture va prendre siège dans un seul et unique endroit. 70% des ouvriers travaillent alors à la confection des cigares et les femmes représentent plus des deux tiers de cet effectif. Près de 1 000 Toulousaines viennent ainsi chaque jour laver, rouler et envelopper des cigares. La manufacture de tabac de Toulouse est le plus gros employeur de la ville et la seconde manufacture de France après Paris.

 

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.