Aude Garnier; Une militante active

Aude Garnier est assistante de direction. Mais depuis un an, cette Toulousaine de 37 ans est aussi une militante politique active. C’est le programme «clair et de bon sens» de Debout la République qui l’a attirée et aujourd’hui elle lance un appel pour que d’autres femmes comme elle, s’engagent en politique.

 
Aude, que représente pour vous la Journée de la femme ?
Cette journée est une bonne chose pour certains pays en retard dans le domaine des droits de la Femme, mais dans notre société où elle a totalement sa place, cette journée ressemble de plus en plus à une démarche communautariste. Pourquoi ne pas y substituer une journée d’égalité des sexes ?

Y a-t-il une femme que vous admirez ? Si oui laquelle et pourquoi ?
George Sand. Elle s’est battue pour que les femmes aient les mêmes libertés que les hommes. Elle voulait être jugée pour ses écrits et non en tant que femme. Elle incarne pour moi la femme libre, courageuse et talentueuse.

Qu’est-ce qui vous a décidée à faire de la politique ?
Si je n’avais pas rencontré Olivier Arsac, le secrétaire départemental de DLR en Haute-Garonne, je ne me serais pas engagée en politique. Je l’ai connu d’abord en tant qu’ami puis comme homme politique. Après avoir assisté à plusieurs cafés politiques organisés par DLR, Olivier m’a demandé si je voulais rejoindre son équipe et la réponse m’a parue évidente.

Pourquoi Debout la République ?
C’est, à mon sens, le parti qui défend le mieux notre République, qui respecte le citoyen, qui propose un programme clair et de bon sens, qui souhaite redonner à la France sa puissance économique et construire une société de partage. Tout ceci demandera énormément de courage et de travail mais les Français n’en manquent pas. Et puis, Nicolas Dupont-Aignan est un homme jeune, à l’écoute et qui a l’intelligence de refuser toute manœuvre avec les puissances de l’argent. Il me paraît sincère. Il est le seul à proposer un plan B pour l’élection européenne, une alternative.

C’est le premier parti pour lequel vous militez ?
Oui et d’un naturel idéaliste, si DLR n’existait pas, je ne serais militante d’aucun parti.

DLR est un jeune parti qui se construit chaque jour. Les femmes sont-elles nombreuses dans la section haut-garonnaise ? Est-il difficile d’être une femme en politique ?
Il y a peu de femmes en Haute-Garonne et j’en profite d’ailleurs pour lancer un appel : Mesdemoiselles et Mesdames, la politique n’est pas qu’une affaire d’hommes, nous avons notre place et un rôle à jouer. Nous en avons les qualités et les compétences ; n’en doutez pas. Nous sommes tenaces, courageuses et savons trouver des compromis. Amenons ces qualités au paysage politique français, cela ne le rendra que plus fort.
Je n’ai rencontré aucune difficulté à ce jour et si j’en rencontre, il me semble que ce sera le même type de difficultés que celles des hommes.

En quoi consiste votre “travail” de militante ?
Principalement un travail de fond traitant de sujets précis d’actualité ou d’information plus globale comme des recherches sur le tissu économique du département par exemple. Mais à l’approche des élections européennes, mon travail consiste aussi à aller à la rencontre des gens et faire connaître Nicolas Dupont-Aignan et Debout la République.

Que vous apporte cet engagement auprès de Nicolas Dupont Aignan ?
Une grande richesse personnelle, tant sur le plan humain qu’intellectuel. J’apprends et j’échange dans des domaines très variés comme l’histoire, l’économie, la philosophie ou la géopolitique.

Pensez-vous que la France serait prête à être gouvernée par une femme ?
Pour gouverner un pays, comme pour tout autre fonction d’ailleurs, le choix ne peut se faire sur le sexe mais sur les qualités de la personne devant assumer cette fonction. Les Français l’ont bien compris me semble-t-il puisqu’aux dernières élections présidentielles, ils ont amené une femme jusqu’au deuxième tour.

Propos recueillis
par Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.