Au fil du Canal

Du 16 au 19 septembre, Toulouse a accueilli le 26e Congrès mondial des canaux et voies navigables. Un rendez-vous de dimension internationale qui a vu le rassemblement dans la ville rose de nombreux experts et acteurs du secteur des activités fluviales du monde entier. Comment réhabilite-t-on les canaux aux Etats-Unis ? Quelles solutions pour enrayer le fléau des platanes du Canal du Midi touchés par le chancre coloré ? Comment développer une activité touristique fluviale et l’articuler avec une activité économique d’une autre nature ? Quelle gouvernance pour préserver, entretenir et promouvoir les canaux ? Autant de questions sur lesquelles les spécialistes ont travaillé durant trois jours. Retour sur un congrès qui, à Toulouse, tombe à point nommé.

 

 

En fête et en congrès !

A l’occasion du congrès mondial des canaux et voies navigables et des journées européennes du patrimoine 2013, un « village fluvial » a accueilli touristes et Toulousains au port Saint Sauveur. Durant près de cinq jours, la ville a vécu au rythme des flots du Canal.

Depuis quelques semaines déjà, les services techniques pomponnent, draguent, refont une beauté au Canal du Midi. Il fallait bien cela afin qu’il soit fin prêt pour sa fête et accueillir sur ses berges toulousaines le congrès mondial des canaux et voies navigables. Une visibilité internationale pour la ville de Toulouse et ce fleuron du Sud-Ouest qu’est le Canal du Midi, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1996. Installé sur les deux berges du port Saint Sauveur en plein cœur de la ville, le « village fluvial » proposait à ses visiteurs plusieurs stands et animations sur le Canal. De quoi découvrir et se laisser surprendre par les différentes facettes de la voie d’eau. Le public a pu ainsi découvrir une exposition sur « Pierre Paul Riquet, entrepreneur visionnaire », des ateliers pédagogiques pour comprendre le fonctionnement du canal avec l’association « Le Reflet », une conférence sur l’histoire des canaux à la salle du Sénéchal, la projection en avant-première du film documentaire « La fabuleuse histoire de Pierre-Paul Riquet », un marché proposant des produits du terroir transportés par péniche entre Sète et Bordeaux… La météo du week-end, capricieuse à souhait, a toutefois un peu gâché la fête, contraignant les organisateurs à annuler l’animation phare du week-end : le défilé de péniches.

 

« Mettre en avant ce patrimoine dans sa diversité, sa culture, sa richesse »

Dès le dimanche soir, les experts du monde entier ont débarqué à l’aéroport Toulouse-Blagnac pour le Congrès mondial des canaux et voies navigables. Au total, près de trois cents congressistes ont afflué vers la ville rose pour trois journées d’échanges autour des thématiques et problématiques liées aux canaux et voies navigables. Lors de la cérémonie d’ouverture du Congrès, Isabelle Hardy, adjointe au maire de Toulouse chargée du commerce et de l’artisanat, qui a porté la candidature de la ville pour accueillir le congrès, explique à l’assemblée, « Il faut donner une place prioritaire au fluvial dans les projets à long terme.» Pour illustrer son propos, l’élue présente rapidement le projet Grand Parc Garonne. Jean-Paul Delachoux, président de l’association des communes du canal des Deux Mers et maire de Pommevic en Tarn-et-Garonne, souligne pour sa part la nécessité de « mettre en avant ce patrimoine dans sa diversité, sa culture, sa richesse. » David Ballinger, le président canadien d’Inland Waterways International (IWI, entité présente dans une vingtaine de pays qui rassemble des personnes et des organisations qui soutiennent la conservation, l’utilisation, le développement et la bonne gestion des voies navigables dans le monde entier) se félicite de visiter Toulouse pour la seconde fois et se réjouit à l’avance de la qualité des futurs échanges toulousains.

 

« Le Canal est la fierté des communes qu’il traverse »

Selon Marc Papinutti, directeur général de Voies Navigables de France (VNF), « le Canal est la fierté des communes qu’il traverse. » Marc Papinutti précise à l’assemblée que l’Etat investit 180 millions d’euros par an au niveau national. Et parmi les préoccupations : la situation du Canal du Midi et les platanes touchés par le chancre coloré. Pour Marc Papinutti, « sauver le Canal du Midi est un véritable défi que nous devons relever tous ensemble. » Ce microscopique champignon menace « la signature paysagère du Canal » selon les mots de Michel Cotte dont votre hebdomadaire se faisait le relais au mois de juillet 2013 dans un dossier spécial : « Le Canal du Midi en danger ? ». Il y aurait 42 000 platanes à abattre, il faudra aussi replanter. Le directeur général de VNF explique aux congressistes la grande campagne de mécénat en cours auprès du grand public, un appel au don. Le sujet est capital et brûlant à Toulouse, d’ailleurs c’est l’objet de la toute première séance du Congrès : « Le projet de replantation du Canal du Midi » par Patrick Butte de VNF Sud-Ouest. A la tribune Patrick Butte, partage avec ses collègues du monde entier cette complexe problématique, les difficultés de l’abattage liées à la présence ou non de certaines espèces d’oiseaux (saisons, migration), la dangerosité du chancre coloré, champignon arboricide dont la propagation est inéluctable, les difficultés pour trouver un autre arbre pour remplacer le platane (aucun arbre ne présente les qualités de l’essence spécifique du platane)… Un cheminement qui se poursuit, que votre hebdomadaire ne manquera pas de suivre…

 

En chiffres

50 000

C’est le nombre de touristes qui naviguent chaque année sur le Canal, 70% viennent de l’étranger.

 

 

Une ministre pour ouvrir le bal

A l’occasion de l’ouverture du congrès, Sylvia Pinel, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme a annoncé : « Pour que nos canaux et nos voies navigables soient attractifs, les berges doivent être aménagées, les ports rénovés, les activités développées. En tant que ministre, je sais que l’attractivité du Canal repose aussi sur ses abords. Notre classement UNESCO est lié à la beauté de cette magnifique voie. » Pour la ministre, familière du sujet de par ses origines tarn-et- garonnaises, il faut trouver des solutions et travailler l’attractivité du Canal du Midi. Et de préciser : « Pour moi la priorité, comme d’ailleurs le président de la république l’a dit, c’est que nous avons des marges de progrès sur le tourisme. Ce dernier concourt au redressement économique, crée de l’emploi durable et non délocalisable, se préoccupe de l’environnement. » Selon Sylvia Pinel, le Canal du Midi concentre 30% du tourisme fluvial français et le réseau national est le premier navigable d’Europe. La ministre a profité de l’occasion pour communiquer sur le dispositif des «contrats de destination », outil visant à coordonner les actions de promotion d’un territoire, à l’exemple d’un des tout premiers qu’elle a signés : « Tarn-et-Garonne » qui a pour objectif de développer le tourisme d’itinérance dans ce département.

 

 

Pierre Paul Riquet

Pierre Paul Riquet est né en 1609 à Béziers, dans une famille plutôt aisée de notables et commerçants. Après quelques années d’exercice dans l’administration, la perception des impôts, il acquiert le domaine de Bonrepos à Verfeil en 1651. Il se lance alors dans le défi fou, à l’époque, de relier la Méditerranée à l’océan Atlantique par un canal. Son génie et son audace lui permettent de résoudre les difficultés techniques qui ont bloqué ses prédécesseurs. Il s’éteindra à Toulouse à l’âge de 71 ans, avant de pouvoir contempler son œuvre achevée. Ce sont ses fils qui terminent cette grande réalisation. Pierre Paul Riquet est omniprésent dans Toulouse, son ouvrage majeur a tant marqué l’histoire de la ville. En son hommage, Bernard Griffoul-Dorval réalise la magistrale sculpture toulousaine qui trône en haut des allées Jean Jaurès, à l’intersection de celle-ci avec le Canal. La statue, façonnée dans du marbre de Saint Béat, tourne étrangement le dos au Canal. Pierre Paul Riquet semble regarder vers le cœur de la ville, laissant le passé derrière lui et regardant vers l’avenir.

 

Retrouvez notre dossier spécial « Le canal du Midi en danger ?» http://www.lejournaltoulousain.fr/toulouse/le-canal-du-midi-en-danger-24779

 

 

Voies Navigables de France : vnf.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.