Un peu d’Ecosse à Toulouse

Créée en 1963, la Confrérie des Taste Whisky Ecossais ou Cotwe rassemble une quarantaine de membres à Toulouse. Vrais amateurs de whisky ou simples amoureux de l’Ecosse, tous se retrouvent lors de cérémonies empreintes de tradition.

 

«Slainthe ! (Santé !, ndlr)» Loin d’être un cri de guerre tout droit descendu des Highlands, c’est avec cette expression utilisée outre-Manche pour porter un toast, que sont accueillis les nouveaux membres du Cotwe. Créée en 1963 par Ian et Donald Mackinlay, propriétaires de la distillerie éponyme, la Confrérie internationale des Taste Whisky Ecossais a pour objectif de promouvoir le fameux breuvage mais aussi plus largement « de faire connaître la culture écossaise. Il est important de préciser que nous ne sommes pas là pour boire. Je vous rappelle simplement que « to taste» en anglais signifie «goûter» » insiste Pierre Jeanjean, président-commandeur du Cotwe toulousain.

 

Ici, la branche locale compte une quarantaine de membres. Leur intronisation par cooptation a lieu en octobre avec tout le rituel requis ; les hommes portant tartan du clan Mackinlay avec béret ou calot assortis, les femmes, elles, vêtues de blanc, «symbole de la guerre des Deux Roses». Sous l’œil attentif du prévôt qui surveille le bon déroulement de cette très sérieuse cérémonie, chacun joue le jeu, y compris ce duo de cornemuseurs «indispensable à l’ambiance» : «L’impétrant est présenté au Grand Maître et à ses dignitaires par le héraut d’arme muni de son épée. Puis l’échanson lui présente le quaich. C’est une petite coupe de whisky qu’il doit boire et se retourner sur la tête pour bien montrer qu’il a tout bu » résume Pierre Jeanjean, qui préfère évoquer là une « tradition » plutôt qu’un « folklore ». Ainsi adoubé, le nouveau chevalier reçoit ensuite les insignes de la Confrérie : collier et chardon (symbole de l’Ecosse) pour les hommes, écharpe et broche pour les femmes. Autre rendez-vous phare du Cotwe : une réunion mensuelle avec en fin de repas, la dégustation d’un whisky accompagnée de commentaires « sur la distillerie, la région de fabrication et d’autres anecdotes sur le plan historique » explique Pierre Jeanjean.

Mais amateurs de whisky, tous les membres de la Confrérie ne le sont pas. A l’image de Rose-Marie qui y voit davantage l’occasion de «rencontrer des amis et de se retrouver pour parler de l’Ecosse.» Actuellement, le Cotwe prépare son cinquantenaire qui ne sera célébré qu’en 2015.

Au programme notamment : la rencontre avec le fameux clan Mackinlay père et fils pour une soirée qui s’annonce magique au Château de Blair Atholl en plein cœur des Highlands.

 

Claire Manaud

 

Le Cotwe compte quatorze clubs en France, trois en Suisse, un en Belgique.

Contact

www.cotwe.eu

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.



UN COMMENTAIRE SUR Un peu d’Ecosse à Toulouse

  1. Laguerre Didier dit :

    De Didier Laguerre, journaliste à France 3 Sud, pour l’émission Rugby Magazine du samedi 12h05. Bonjour. Je cherche a contacter un ou une écossais(e) qui vivrait dans la région Midi-Pyrénées pour illustrer le match du Tournoi des VI Nations Ecosse-France. C’est une rubrique “décalée” et donc pas besoin impérieux d’avoir quelqu’un qui s’intéresse au rugby. Si c’est le cas tant mieux. L’objectif est de parler de l’Ecosse (traditions…), une sorte de petit clin d’oeil. Mon portable. 06 74 68 50 43. Par avance merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.