Simone Sagesse: Des recherches féministes aux métiers de l’égalité femmes/hommes

Si, la place des femmes dans les lieux de décision, l’égalité professionnelle, les  luttes contre les violences faites aux femmes, la parité, la mixité… ont fait de grands progrès, c’est notamment le fruit d’un engagement actif de chercheuses et chercheurs. Ils ont ramené à la conscience collective des chiffres, des constats, des habitudes, des analyses, des inégalités s’exerçant à l’encontre des femmes dans tous les domaines : professionnel, politique, familial… Ils ont su aussi élaborer avec lucidité et pragmatisme des propositions, des solutions dans le cadre de larges partenariats (avec les associations, collectivités, syndicats, entreprises…).

Nathalie Lapeyre, Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Toulouse II, responsable de l’équipe Sagesse du laboratoire CERTOP CNRS, présente l’activité de la recherche et d’études  féministes Simone Sagesse, le diplôme Master véritable sésame pour accéder aux métiers de l’égalité femmes/hommes…

 

 

Nathalie Lapeyre, comment est née l’activité de recherche « Simone Sagesse» ? 

En Midi-Pyrénées, des pionnières autour de Marie France Brive, historienne et féministe, ont créé en 1986 le groupe Simone pour la « conceptualisation et la communication de la recherche sur les femmes ». Un nom en hommage à toutes les femmes prénommées Simone plus ou moins illustres ayant fait l’histoire, particulièrement au 20e siècle. Le groupe Simone allait devenir le groupe de recherche et d’études féministes pluridisciplinaire Simone Sagesse. Localisée au sein de la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse II – Le Mirail, Simone Sagesse s’est inscrit dans le paysage scientifique national et international (contrat de recherche, publications, conférences, colloques…) et est intégrée au sein du laboratoire CERTOP (Centre d’Etudes et de Recherches Travail Organisation Pouvoir)-CNRS. Les recherches sur le genre sont devenues une des priorités scientifiques majeures du CNRS depuis 2012 avec la création de l’institut du Genre.

 

Des enseignantes et chercheuses issues de l’équipe Simone Sagesse ont mis en place un diplôme professionnel DESS, aujourd’hui Master, toujours unique en France qui ouvrent sur de nombreux métiers et secteurs. A partir de quels constats le master a vu le jour ?

 

Le master GEPS «Genre, Egalité et Politiques sociales», anciennement DESS «Politiques sociales et rapports sociaux de sexe», est le fruit de la rencontre entre les mondes professionnel et universitaire. Il s’en est suivi un dialogue constructif entre ces deux univers, via un comité de pilotage, qui a permis de mettre sur pied une formation susceptible de proposer des outils et des compétences afin relever les défis quotidiens relatifs aux problématiques spécifiques des femmes.

 

Aujourd’hui quelle est la vocation du master ? Quels sont les enseignements, les conditions d’accès au master ?

Ce master vise à diffuser les savoirs issus des études et des recherches féministes, des recherches sur le genre et leur impact sur les politiques. La formation, mêle cours théoriques et savoirs professionnels, approches méthodologiques et ingénierie du montage de projets, ainsi qu’un stage professionnalisant de 18 semaines en Master 2. Elle est principalement centrée sur la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques sociales (travail et insertion, santé, familles, sexualités ; logement, habitat, politiques de la ville) dans le domaine de la promotion de l’égalité femmes/hommes. Le Master GEPS qui a une labellisation universitaire nationale propose une formation en deux ans. L’entrée est possible en Master 1 (diplôme de niveau bac+3 ou équivalence d’expérience professionnelle) et en Master 2 (diplôme de niveau bac+4 ou équivalence d’expérience professionnelle). La sélection des candidatures se fait sur dossier dans un premier temps (qualité du dossier universitaire,  motivation personnelle, le projet de stage et/ou professionnel). Les candidat-e-s sélectionné-e-s sont invitées à une audition. Le Master GEPS est également associé au Master européen EGALES (Eudes de genre pour des actions liées à l’égalité des sociétés, qui dans ce cadre, permet aux étudiant-e-s une mobilité au sein de 7 pays européens en Master 1.

 

L’association ARTEMISIA, association des diplômé-e-s du master, mais également organisme de formation et bureau d’études, a réalisé récemment une enquête sur les métiers du genre et de l’égalité et l’insertion des diplômé-e-s. Quels types de métiers émergent-ils ? Dans quels secteurs/domaines s’exercent-ils ?

Nos diplômé-e-s occupent des emplois de chargés d’études, chargées de projets, responsables de structures, chargés d’insertion, etc. dans différents domaines (santé, travail – égalité professionnelle… mixité des métiers, articulation des temps de vie professionnelle et personnelle- éducation, lutte contre les violences, logement, habitat, politiques de la ville, emploi, insertion) et différents secteurs (public, privé, secteur associatif, institutions et collectivités territoriales, organismes d’Etat, entreprises, etc.).

La présence des diplômées au sein des lieux de décision et d’orientation des politiques publiques (municipalités, Conseil régional, Rectorat, etc.), mais aussi au sein de différents réseaux professionnels nationaux (comme, par exemple, la Fédération Nationale Solidarité Femmes) ; le réseau des déléguées départementales et régionales aux droits des femmes  ; le service national des droits des femmes, etc.), mais aussi la dizaine d’associations et structures professionnelles créées par les anciennes diplômées, accélère la prise de décision professionnelle, publique et politique, en faveur de l’égalité des sexes. Et les effets débordent largement ces réseaux.

 

Vous venez de fêter les vingt ans du master dans le cadre d’un colloque national qui s’est tenu les 19 et 20 décembre à l’université de Toulouse II – Le Mirail, sur le thème « Professionnaliser les métiers du genre et de l’égalité ». Quelles sont les conclusions et les perspectives que dresse le colloque ?

 

L’objectif de ce colloque était d’esquisser les nouveaux challenges pour les années à venir, sonder les enjeux et les dynamiques actuelles du marché du travail. Il ressort en outre un émaillage territorial entre réalités rurales et mondes urbains, et le dynamisme autour de la création de structures.

Depuis une dizaine d’années, la création d’un certain nombre d’outils (programmes d’actions,  chartes, labels, prix, guides, programmes de formations….), le renforcement de l’inclusion des questions de genre dans l’agenda des politiques publiques, produisent une relative inflation de la demande d’expertise et constituent le socle de nouvelles opportunités pour la professionnalisation des métiers du genre et de l’égalité dans le contexte du fonctionnement des collectivités territoriales, mais également du milieu associatif et des entreprises, en France et plus largement en Europe.

 

http://www.univ-tlse2.fr/accueil-utm/formation/tous-les-diplomes/master-genre-egalite-et-politiques-sociales-geps–122247.kjsp

http://www.artemisia-egalite.com/

 

L’association Artémisia

 

Dans toutes les activités menées en dehors de l’université, les membres de l’équipe pédagogique sont épaulé-e-s par les membres de l’association Artémisia, association des diplômé-e-s du Master, sui sont partie prenante de la formation et de l’insertion des étudiant-e-s. Créée en 1997, Sophie Collard en coordonne l’activité. Artémisia s’est spécialisée dans des missions d’expertise et d’études, pour orienter les partenaires vers une réflexion critique, à propos des thématiques chères à la formation : l’égalité hommes-femmes et la sensibilisation aux stéréotypes de sexes, des effets sexués et potentiellement discriminatoires de la mise en œuvre des politiques publiques dans de nombreux domaines. Sa fonction est également de servir de tremplin aux diplômé-e-s sur le marché du travail, et de diffuser l’information sur le Master.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.