« On ne traite pas les vaches comme du béton »

En réaction à l’ouverture d’une ferme-usine dans la Somme, le collectif L214 Ethique & Animaux s’est rassemblé ce mardi 7 Janvier à Toulouse, pour lutter contre l’élevage intensif et l’exploitation animale.

14h, Place Saint Etienne en face de la préfecture. Une vingtaine de personnes sont rassemblées pour lutter contre l’élevage intensif. L’établissement devant naître dans la Somme, enfermerait 1000 vaches et 750 veaux. Carole Mare, organisatrice de la manifestation, souhaite sensibiliser la société et contribuer à l’interdiction de l’ouverture de l’usine : « des rassemblements ont eu lieu en simultané dans une dizaine de villes françaises. »

« On est là pour dire que c’est inacceptable »

« Selon l’article L214 du code rural, les animaux sont des « êtres sensibles ». Mais dans le code pénal, les animaux ne sont que des biens» confesse Carole Mare. D’où l’intérêt de la manifestation : faire évoluer les lois pour éviter les abus. « Le projet de loi actuellement examiné en première lecture à l’Assemblée nationale entend réformer l’élevage, c’est la porte ouverte à de nombreuses aberrations », termine-t-elle. Les militants quant à eux bien que peu nombreux ont fait preuve de détermination : « Je suis très interpelé par ce sujet, les animaux ne sont pas des objets or aujourd’hui la réalité dépasse la fiction. Pour mener ce genre de combat rien ne sert d’attendre après la politique, il faut se réunir, la solution c’est ça» reprend Georges, militant de 84 ans. Depuis deux ans des usines similaires apparaissent en France. «Il est choquant qu’au 21e siècle on assiste encore à ça» explique Carole Mare, espérant un avenir écologique et respectueux de la cause animale.

Gilles Vidotto



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.