Assises de l’Economie du Grand Montauban : Cap sur l’exportation

Comme l’an passé, la communauté d’agglomération du grand Montauban organisait le Mercredi 30 Novembre les assises de l’économie et la remise des trophées aux entreprises. Cette année le secrétaire d’Etat au commerce extérieur, Pierre Lellouche a présidé cette manifestation avec Brigitte Barèges, député-maire.

 
Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Autant les dernières assises de l’économie étaient toniques, rythmées, soutenues, autant cette édition 2011 a semblé sans relief, sans couleur. Beaucoup de chef d’entreprises présents ont même décroché avant la fin de la manifestation. Seule chose qui n’a pas changé : l’absence remarquée d’officiels du conseil général ou du conseil régional, comme si le développement économique du Grand Montauban n’était pas leur affaire.
La cérémonie avait pourtant bien commencé, avec un discours du secrétaire d’Etat très optimiste. L’exportation au centre de la préoccupation de Pierre Lellouche est le moteur du retour à la croissance. «C’est dans les pays à forte croissance que nos efforts doivent porter» a-t-il affirmé haut et fort. Il a aussi félicité tous les responsables économiques de la région pour leur fort dynamisme et leurs efforts dans le travail de développement des PME.

Grand Montauban “comme un quartier”

Sous le signe de la pomme, produit à haut développement en Tarn-et-Garonne, le nouveau concept de communication de l’agglomération est assez difficile à comprendre. La référence au quartier (de pomme) et au quartier (de Toulouse) n’est pas du goût de tous. Le lancement de la campagne de communication avec la nouvelle agence s’est fait à Toulouse ; de là à comprendre que Montauban est devenu un quartier de Toulouse il n’y a qu’un pas, même si ce n’est pas ce qu’a voulu dire le slogan. Questionnés, de nombreux dirigeants de PME étaient toujours attachés aux cibles de l’an passé. Faire de Montauban une marque internationale, démarquer Montauban de la capitale de la région, identifier cette ville et son agglomération par ses marques et son savoir-faire. Autant l’an passé ces slogans avaient emporté l’unanimité, autant cette année les remarques ont été plus que tièdes. Peut-être un problème de compréhension ? Certainement un problème de communication.
Après le discours de Pierre Lellouche, les assises se sont déroulées en reprenant les différents enjeux économiques présentés en 2010. Premier bilan, projets de développement et objectifs d’ici 2020. Nous avons donc retrouvé dans toutes ces interventions ce qui avait soulevé l’enthousiasme d’alors. C’était aussi la feuille de route tracée à l’époque par toutes les parties prenantes du développement économique de l’agglomération.
Montauban terre arboricole, et son pendant le projet Agritronic, Montauban un environnement d’affaires sans Frontières, l’enjeu de la ligne LGV, Montauban ville étudiante, et Grand Montauban territoire reconnu. De ces grands enjeux de l’agglomération qui ont été mis en place, il est un peu tôt pour dire s’ils sont tous en voie de réalisation. Certains comme Agritronic ou le développement agro alimentaire sont en bonne voie, d’autres comme la ville étudiante ou “territoire reconnu” vont nécessiter des efforts soutenus et répétés.
Montauban ville
étudiante ? Pas encore

La constatation a été faite par l’ensemble des acteurs que, même si le nombre d’étudiants est en augmentation, il n’atteint pas le niveau dont pourrait rêver le Grand Montauban. Les acteurs de l’agglomération déplorent que des métropoles plus petites aient un nombre d’étudiants deux fois plus élevé. Il a été relevé que les infrastructures d’accueil, de déplacement dans l’agglomération devaient être considérablement développées pour réussir le challenge de Montauban ville étudiante. Car pour l’heure, c’est Toulouse qui est la cité étudiante de Montauban. Le logement, la création d’un campus universitaire ne suffiront pas à créer cette évolution, selon ces spécialistes qui se sont tous accordés à dire que «c’est bien sur l’offre de formation que les efforts doivent être faits. Renforcer cette offre est primordial pour arriver à l‘objectif d’au moins 4 000 étudiants à Montauban. Le projet Agritronic fait partie intégrante de ces nouvelles offres de formation à venir.»

Montauban Territoire reconnu

Sur ce sujet les chefs d’entreprise ne demandent que cela, l’an passé l’enthousiasme était au rendez vous. Avec le Grand Montauban tout était possible, les élus, les responsables des chambres de commerce, de métiers y croyaient totalement. Second pôle économique de Midi-Pyrénées, Montauban avait pour mot d’ordre de “se démarquer de Toulouse.”
Aujourd’hui, sur scène comme dans la salle, on avait l’impression que ces slogans et cet enjeu sur les plans local et international étaient moins prioritaires. Tout tendant à montrer un repli sur le régional et sur la métropole toulousaine. Ce ne doit être que passager, moins d’un an s’est écoulé depuis les dernières assises et tout ne peut pas se jouer en si peu de temps. Il est en revanche certain que les dirigeants d’entreprise cherchent par tous les moyens à créer des marques, à s’identifier au bassin d’emploi du Grand Montauban. Les questions posées à la table ronde organisée autour du secrétaire d’Etat au commerce extérieur montraient à l’évidence cette préoccupation. Surtout quand il s’agit d’exporter. C’est donc un enjeu majeur qui reste à construire à développer et à réussir. La reconnaissance du territoire Montalbanais comme unique avec sa personnalité.

Les trophées de l’économie

C’est Bouyer Industrie qui a remporté le Trophée Coup de Cœur. Une récompense pour cette société renaissante, l’une des plus vieilles entreprises de Montauban qui a fait les heures de gloire de l’industrie dans cette ville. Aujourd’hui la marque a été reprise par le groupe DEF COFLEC et promet un redémarrage fulgurant. Les Mon- talbanais le souhaitent car les emplois perdus par cette entreprise sont nombreux et le renouveau est attendu. Malgré tout le doute subsiste, le groupe acheteur faisant fabriquer une partie de ses produits en chine.
Le trophée du développement durable a été attribué à EARL DES TILLEULS : cette ferme de 50 hectares et 50 vaches laitières, installée depuis plusieurs générations aux portes de Montauban, a innové en installant un distributeur automatique de lait frais. Ce système limite l’utilisation d’emballage et est disponible 24h sur 24h avec un produit frais et de qualité.
Le trophée de l’innovation a été attribué à ARCHEAN TECHNOLOGIES : Cette jeu- ne entreprise innovante investit chaque année dans le développement de nouvelles technologies notamment pour la sécurisation des lignes haut-parleurs pour des messages de sécurité dans les sites à risques. Elle souhaite devenir leader sur le plan national tout en développant des produits “Made in France”.
Le trophée de la création d’entreprise a été attribué à ROADSPARKS : Cette toute jeune entreprise (création au 1er août 2011) commercialise des véhicules électriques (vélos, scooters, voiturettes). Une démarche émergente économique et durable !
Tous ces trophées, comme on peut le voir, ont été remis à des entreprises qui montrent le dynamisme et l’envie de réussir de l’agglomération.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.