Arrêter de fumer : ne pas rester isolé pour y arriver

Arrêter de fumer, cela peut se faire sans l’aide de personne. Pour beaucoup néanmoins, il est essentiel d’être accompagné avant, pendant, voire après le sevrage tabagique.

arrêter de fumer
Crédits : MaxPixel

« On a tendance à rechuter lorsqu’on est seul, à fleur de peau, à cause du manque », explique Pauline Raysseguier, psychologue en addictologie. Stressé, en colère… la cigarette sert de réponse aux émotions qui nous submergent. « L’addiction est souvent une problématique d’ordre affectif, ce n’est pas qu’une question de volonté, rappelle le Dr Raysseguier. On réapprend à traiter ses émotions autrement qu’avec un produit. » Qu’il s’agisse de tabac… ou de chocolat, pour compenser. D’ailleurs, au sein de l’unité d’aide au sevrage tabagique de l’hôpital Larrey, les patients sont également suivis par un diététicien.

Si les praticiens sont les premiers vers lesquels se tourner pour ne pas rester isolé,  les groupes de paroles peuvent aussi être un soutien. Gratuits dans les centres de sevrage tabagique ou les associations comme OC’ Drogue de l’Arpade, les participants y partagent leurs expériences, les phases qu’ils traversent : « On cherche à ce qu’ils puisent dans les ressources de chacun, explique le Dr Raysseguier. Le groupe désinhibe, il permet de voir qu’on n’est pas seul à être addict, que les autres partagent nos difficultés, et de se sentir utile en constatant que sa propre expérience en inspire d’autres ». Un dispositif qu’a aussi testé l’association Clémence-Isaure : « Cela a donné d’excellents résultats pour les personnes ambivalentes qui veulent arrêter sans vraiment le vouloir… explique Martine Lacoste, directrice de l’association. Plutôt que d’être seul dans l’aventure, ça devient un challenge d’équipe. »

Et même en manque de temps, les fumeurs peuvent trouver une oreille attentive auprès des services d’écoute, comme Tabac Info Service, qui met des tabacologues à leur disposition 24h/24h. Coaching personnalisé par mail, applications et forums… de nombreux autres moyens existent pour ne pas rester seul. Aussi déterminé soit-il, le fumeur n’est jamais à l’abri d’un moment de faiblesse. C’est à ce moment-là que les autres prennent toute leur importance : qu’ils servent de soutien, d’inspiration ou simplement d’écoute.

// Par Célia Coudret



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.