Airbus ? On ne nous dit pas tout…

Airbus, va créer, ces prochaines semaines, une
holding afin de pouvoir filialiser trois de ses sites allemands qui seront,
eux, conservés dans le giron Airbus. Cette holding sera baptisée «German Aerostructures
Company» (GAC) et démontre, s’il en était besoin, d’une mainmise allemande
définitive sur le bel oiseau.

 

Bien entendu pour ne pas affoler les autres actionnaires du groupe, les actionnaires allemands nous rappellent que cette holding sera détenue à 100% par EADS, et que son directeur chapeautera les usines de Varel, Nordenham et Augsbourg. Plus, qu’en apparence, la création de cette structure ne constituera pas un frein dans l’objectif final d’Airbus qui est, et reste, de se désengager de ses sites situés en France, en Angleterre comme… en Allemagne. Mais que c’est l’échec des tractations avec l’allemand MT Aerospace qui a amené la création, provisoire, de cette holding. Sauf, rappelons-le quand même, que la vente de ces six sites européens était prévue dans le plan d’économies Power8 annoncé en 2007. Qu’il est, de source confidentielle, quasiment décidé, que le montage de l’A320 pourrait se faire dans sa totalité en Chine. Que les européens pourraient se contenter de l’A350 dont le retard est toujours important, alors que l’A380 commence à connaître ses premiers détracteurs, ici et là dans le monde…

En fait, et on le comprendra, du côté des syndicats français, la colère commence à gronder, mais probablement un peu tard. Ces derniers n’auront pas vu venir la «manipe» et constatent aujourd’hui qu’ils ont peut-être été abusés par leurs dirigeants. Car côté français, les sites de Saint-Nazaire et de Méaulte seront, eux, bien cédés au Toulousain Latécoère. Idem du côté de Filton, au sud de l’Angleterre, qui a été attribué et comme prévu, au britannique GKN.

Reste la belle inconnue, pour les sous-traitants qui eux, depuis des années, ont fait sacrifices sur sacrifices, croyant aux belles promesses du consortium et pourraient bien déchanter plus tôt que prévu. D’autant si d’aventures les Emirats qui possèdent 25% du capital, décidaient de se désintéresser du consortium européen pour le concurrent Airbus

ou ?…

AGG



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.