Comment aider un proche dans son sevrage tabagique ?

Tenter un sevrage tabagique seul peut s’avérer difficile. Mais certaines solutions apparaissent : se serrer les coudes, se donner un objectif et prendre du recul sur soi.

sevrage tabagique
Crédits : Valentin-Ottone

Pendant plusieurs années, Géraldine, fumeuse, voit son mari tenter d’arrêter le tabac, sans succès. Mais un jour, son beau-père tombe malade. Diagnostic : cancer du poumon. Les médecins lui parlent d’hérédité et Géraldine s’inquiète pour son mari, qui veut de nouveau arrêter.

Pour l’aider, elle lui propose de se sevrer en même temps que lui. Aujourd’hui, cela fait huit mois qu’ils ont arrêté de fumer, même si cela n’a pas été toujours évident : « Un moment, il me cachait qu’il fumait de temps en temps. Un jour, je suis tombé sur un paquet  dans la boite à lettres. Il le mettait là avant de rentrer à la maison ! raconte-t-elle. Il culpabilisait à l’idée de me décevoir.» La déculpabilisation est un des principaux processus entamés par un addictologue avec son patient. « Les premières démarches viennent souvent d’un proche. Nous faisons ensuite s’approprier la demande de soin par le patient, pour que cet objectif devienne le sien », explique le Dr Raysseguier, addictologue.

Si l’entourage ne fume pas, comme dans le cas de Géraldine, il ne sait souvent pas comment aider sans être incriminant. « Il faut analyser les réactions du fumeur lorsque ses proches lui font des remarques. Nous pouvons alors travailler avec eux sur ce que cela provoque chez lui, sur la manière dont il faut lui parler, développe le Dr Raysseguier. Nous nous penchons aussi sur les réactions de l’aidant. Car on peut se braquer des deux côtés. Il est bon de prendre du recul sur soi-même pour pouvoir aider. » Et s’il replonge, l’entourage doit veiller à ne pas insister sur le sentiment d’échec : « Nous expliquons aux proches que la rechute fait partie du processus de sevrage, que le manque peut être très puissant. Ils doivent pouvoir l’entendre : ce n’est pas qu’une affaire de volonté. »

Par Célia Coudret

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.