Affaire Bamberski…; La réaction d’un Père…

Oui, la réaction d’un Père, d’un vrai, celui qui sait que l’assassin présumé de sa fille, coule des jours heureux de l’autre côté du Rhin. Alors que lui vit depuis vingt-sept ans avec le drame de la perte de son enfant et dans des conditions suspectes. Surtout, en sachant que tout désigne, l’ex-ami de son épouse comme le coupable probable. Un individu qui a toujours refusé de s’expliquer. Un notable que la justice allemande a blanchi très rapidement après les faits. Mais que la France condamnera par contumace à 15 ans de prison ferme.
Aujourd’hui l’affaire Kalinka Bamberski rebondit avec la découverte, à Mulhouse, du principal suspect, ligoté et bâillonné. C’est en effet, très tôt ce dimanche, vers 3h50, sous le porche d’un immeuble et tout près du tribunal que l’on découvre Dieter Krombach, légèrement blessé au visage.
Un symbole pour qui connaît l’affaire. Un clin d’œil à une justice comme aux pouvoirs publics, toujours prompts à s’emballer pour des sujets hautement médiatiques et beaucoup moins efficaces quand cela concerne l’homme de la rue.

 
Krombach « kidnappé » dans des conditions rocambolesques

Dans cette affaire, le suspect numéro un est un certain Dieter Krombach. Un cardiologue allemand, âgé de 74 ans, qui vient d’être kidnappé et donc enlevé de force à Lindau, au sud-ouest de l’Allemagne. C’est André Bamberski, originaire de Haute-Garonne, père de la jeune Kalinka, morte dans des conditions suspectes en 1982 au domicile de son beau-père, qui a lui-même alerté la police. Un appel comme une présence à Mulhouse ce dimanche, qui en fait le premier suspect et lui vaut d’avoir été mis en garde à vue… Quant au présumé coupable, après avoir été placé en détention à l’hôpital de Mulhouse, dès que son état le permettra, il devrait être transféré à Paris, l’affaire étant du ressort de la Cour d’assises de Paris.
En France Dieter Krombach a été condamné par contumace et en 1995 à 15 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner envers la jeune Kalinka Bamberski. Une condamnation jugée irrecevable, procédure irrégulière, par la Cour européenne des droits de l’Homme qui condamnait, dans cette affaire, la France. Alors que de son côté, l’affaire était rapidement classée sans suite en Allemagne, la cause du décès ayant été, selon les enquêteurs, impossible à déterminer. Ce qui pourrait engager le défenseur du présumé coupable Me Serres d’attaquer, dans les jours qui viennent, le titre de détention et de demander la libération immédiate de son client.

 

Le docteur Dieter Krombach, un récidiviste ?

Par ailleurs et selon le président de l’association “Justice pour Kalinka”, Robert Pince, André Bamberski est persuadé que le décès de sa fille à Lindau est lié à des injections administrées par le médecin qui voulait droguer Kalinka pour la violer : «Cela fait 25 ans qu’André se bat pour que la vérité éclate. Il a peut-être senti que l’affaire était en train de s’éteindre et pris la décision de flanquer un grand coup de pied dans la fourmilière… Ma crainte aujourd’hui, c’est qu’ils renvoient Dieter Krombach en Allemagne, malgré le mandat d’arrêt européen qui pèse sur lui», a ajouté M. Pince.
Au-delà des faits qui pèsent sur lui, rappelons que le docteur Dieter Krombach a été condamné en 1997 à deux ans de prison avec sursis pour abus sexuel sur une patiente de 16 ans qu’il avait, au préalable, anesthésiée dans son cabinet. Mais aussi, en juillet 2007 à deux ans et quatre mois de prison ferme pour escroquerie. Signalons que côté français, une information judiciaire a été ouverte en 2002 pour corruption, influence à l’égard des autorités judiciaires et entrave à l’arrestation de l’auteur d’un crime. M. Bamberski soutient que des pressions ont été exercées pour ne pas inquiéter M. Krombach après sa condamnation.
En fait que peut-on reprocher à ce père héroïque si ce n’est d’être justement un père héroïque ? D’avoir jusqu’au bout cru en la justice de son pays ? Alors même que le minimum, que l’on serait en droit d’attendre d’elle, serait qu’elle soit toujours au rendez-vous.
Un coup de chapeau à André Bamberski, pour son combat et l’intelligence avec laquelle il l’a mené. Fasse que nos justiciers après avoir fait toute la lumière sur ce rocambolesque kidnapping, le laisse tranquille savourer sa victoire. Qu’il puisse enfin porter le deuil de sa fille Kalinka.

AGG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.