Accidents de la route ; Motards en danger

Les chiffres de l’accidentologie dans le Grand Toulouse en 2009 sont tombés et le constat est sans appel : les deux roues motorisées sont proportionnellement les victimes les plus fréquentes de la route. Des mesures sont mises en place pour tenter d’enrayer le phénomène mais la tâche s’avère ardue car les causes d’accidents sont très variées.

 
715 accidents dont 339 deux roues motorisées sur les routes de l’agglomération (hors voies rapides), c’est le bilan de l’accidentologie en 2009. Une proportion énorme quand on sait que ces engins ne représentent même pas la moitié des véhicules en circulation. Sur les 16 tués dans le Grand Toulouse, 3 étaient des motocyclistes. Pire, sur les voies rapides de l’agglo, le bilan est sans appel : 3 décès, 3 motards. «Les gens se déplacent de plus en plus à moto à cause des embouteillages. C’est une constante dans les grandes villes», explique Bernard Marquié, vice-président de la commission Déplacements et Transports du Grand Toulouse. «Mais avec une circulation de plus en plus dense, notamment sur le périphérique, cela pose problème. Surtout chez les scooters et les petits engins.»
Eric, propriétaire d’un deux roues et motard aguerri, estime que les accidents sont dans la grande majorité des cas liés à une imprudence des automobilistes : «Ils ne font pas attention à nous, ne regardent pas leur rétro avant de déboîter. Je me fais souvent couper la route ou bien frôler par une voiture. On doit être deux fois plus vigilants à moto.» De son côté, Martine, qui emprunte chaque jour le périphérique et les artères toulousaines au volant de sa voiture, ne voit pas les choses de la même manière : «Les motards sont inconscients ! Ils roulent à des allures folles et se croient prioritaires ! La cohabitation sur la route n’est pas simple.»

De nouvelles expérimentations

Alors, volant ou guidon, à qui la faute ? Impossible de trancher pour l’un des membres des services de la mairie de Toulouse : «Le problème avec les accidents impliquant des deux roues motorisées, c’est que nous n’avons pas de cible précise en termes de prévention. Les responsabilités sont partagées, tant sur le type de véhicules que l’âge du conducteur. Les automobilistes ne se rendent pas compte de la prise de vitesse ultrarapide d’une moto et souvent provoquent l’accident. Mais la nuit par exemple, la faute est souvent à mettre sur le compte du motard.»
Des actions locales sont tout de même menées afin de diminuer le nombre d’accidents avec en premier lieu, le passage de certains secteurs résidentiels en zone 30 km/h. Un aménagement qui diminue en moyenne de 40 % l’accidentologie. Par ailleurs, le Grand Toulouse a mis en place un Pass de 2 heures d’initiation gratuites à la conduite d’un 125 cm3 sur le circuit de Candie, pour tout acheteur de ce type d’engin dans l’agglomération. Enfin, une nouvelle expérimentation sera tentée dans les mois à venir afin de prévenir les chutes liés aux plaques d’égout. Un revêtement en résine, non glissant et de même couleur que le bitume, sera apposé sur certaines plaques de Toulouse.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.