Abdelkrim Belcaïd ; « Pour aimer il faut agir… »

Rencontrer Abdelkrim Belcaïd est un grand privilège… Echanger avec lui procure une grande richesse. Cet homme de conviction, sans compromission, ancien député maire d’Hammamet qui a très souvent côtoyé le Président Bourguiba, dont il a salué, à maintes reprises, la clairvoyance politique, a été également Président, en Tunisie, de l’Association Internationale des Parlementaires de la langue Française, qu’il manie avec talent et élégance. Abdelkrim Belcaïd est un homme de grande culture, un humaniste vrai. «Pour aimer, il faut agir», répète-t-il en citant Victor Hugo. Profondément Tunisien, Abdelkrim Belcaïd aime son pays, parfaitement convaincu des hautes valeurs de l’Islam, au sein d’une culture arabo musulmane qui est la sienne. Actuellement, il est Président de l’Association Régionale de Protection des Personnes âgées du Gouvernorat de Nabeul…

 
Abdelkrim Belcaïd, vous êtes Normalien, Directeur d’école, maître d’application, Directeur Régional de l’Enseignement primaire à Nabeul, Monastir, Korba, directeur de stage… Toujours l’action pédagogique ?
La pédagogie, c’est le sens de l’humain, connecter éducation, méthodes d’enseignements, buts à atteindre, conformément aux programmes officiels… La pédagogie doit être un art, au sens noble.

Vous êtes un ardeur défenseur de la jeunesse ?
Sans faille ! La jeunesse est l’avenir de notre pays… Recherche, enseignement, culture, sports, information, tout doit lui être accessible… Au cours de ma vie politique, j’ai toujours adopté une position qui réponde aux aspirations des jeunes…
 
L’Homme est au centre de vos préoccupations…
Toujours ! Je me sens responsable de l’être humain que j’ai en face…

Vous êtes passionné ?
Ma vie professionnelle et ma vie personnelle se sont toujours chevauchées, totalement. Je n’ai jamais reculé devant les difficultés que la passion peut engendrer. Je les mesure, je ne précipite pas. Je suis au service de ma passion.

Quelle place lui accordez-vous à votre vie familiale ?
Elle est essentielle. Cinq enfants, cela demande une grande attention. On doit pouvoir tout aborder en famille, dans la sérénité, la franchise. Mon père, ma référence, m’a appris la capacité de demeurer vigilant, à l’écoute, sans détruire la confiance, avec autorité cependant…

 

Toujours au service de l’Autre…

Citez-nous un événement marquant de votre vie…
La naissance de mon fils aîné, prénommé Mohamed, comme mon père, et aussi celle de ma fille… et de tous mes enfants.

Quelle est votre définition du partage ?
Un moment de joie, où je parviens à satisfaire celui qui est en face de moi, à l’intégrer à moi…

Vous êtes un pacifique actif, en quelque sorte…
La force ne résout rien… Il faut toujours savoir rester bon, juste. Je n’oublie pas le mal, mais je ne cherche pas à me venger… «N’obéis pas à ta colère, elle provoquera des ennuis.»

Une maxime…
Sois l’ami de la vérité, même si elle est dure à dire. Je m’attache toujours à dire la vérité, je n’aime pas le mensonge. Je dis aussi que la seule vérité absolue, c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue…

Quelle est votre vision de la société actuelle…
De plus en plus non responsable. Elle perd pied et doit se relever au prix d’un effort général. Espérons. On ne peut vivre sans espoir…

Vous aimez la terre…
C’est la sérénité, l’équilibre. La terre pour respirer, pour produire, pour nous émerveiller. Il faut l’admirer. Je pratique l’agriculture, cela me permet aussi la méditation… Je suis sensible à la poésie de la terre, et aussi la poésie dans le comportement : Il faut lire Chabbi et Nourredine Samoud aussi.

Des auteurs français…
Hugo, Corneille, Racine, Molière, le grand Rousseau et son Emile, le principe de l’expérience par les choses… Ronsard «…l’espace d’un matin…»

Un personnage…
Ibn Khaldoum, grand sociologue, historien, analyste des événements.

Quelles sont vos lectures actuelles ?
J’ai deux livres de chevet en ce moment : Un traité sur le droit, la justice, et un ouvrage sur l’histoire qui développe les principaux événements des différentes périodes de notre vie.

Jeunesse, culture, sport, et maintenant les personnes âgées. Vous n’arrêterez jamais ?
Non j’irai jusqu’au bout ! Toute mon action est dévolue aux causes modernes,  sociétales, environnementales. Au Centre de Grombalia, avec les personnes âgées, j’éprouve du bonheur à conduire mon action !

Vos nombreuses responsabilités vous ont amené à rencontrer  Monsieur Le Président Ben Ali que vous connaissez comme l’ancien président tunisien dont vous soulignez l’action…
Notre Président est l’excellent artisan du changement accompli dans la sérénité, révélateur de finesse et de clairvoyance.

Pierre Beregovoy était votre ami – Hammamet et Nevers sont jumelées – vous avez aussi connu d’autres nombreux personnages célèbres, le ministre Messadi, philosophe, excellent ministre de l’éducation, des ambassadeurs, des historiens etc… Publierez-vous vos mémoires ?
J’y pense parfois ! Mais ne serait-ce pas présomptueux de ma part ?

A bâtons rompus… J’apprends pèle mêle que cette grande figure d’Hammamet qui a été le chef du Département Relations extérieures du parti, a obtenu la médaille de la République, le mérite de l’éducation, et les médailles du travail, qu’il aime toutes les fleurs, particulièrement la rose – encore Ronsard – qu’il éprouve un grand respect pour Charles de Gaulle, qu’il aime les plats traditionnels tunisiens, sans excès, que le courage, le sens de la justice, le pardon ont conduit sa vie et que pour réussir il faut se respecter, s’adapter aux différentes situations en s’oubliant soi même. L’œil brillant d’intelligence, il me quitte en me proposant une autre rencontre «pour le plaisir d’échanger».
Je viens de rencontrer la Mémoire… Abdelkrim Belcaïd représente le lien véritable entre la Tunisie traditionnelle, à l’histoire remarquable et la Tunisie adaptée aux évolutions modernes.  Acteur infatigable de cette transition, cet homme noble, bon, est grand par le cœur…Il l’est aussi par sa discrétion.

 Georges-Tony Cassarino


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.