22 et 23 septembre: Un mariage pas comme les autres

Ce week-end, le Casino Théâtre Barrière accueille le Salon du Mariage. Une trentaine d’exposants seront réunis autour d’une icône de la mode, Marie-Antoinette, et de l’organisatrice de l’événement, Solène Mallié. Entre cinq et six cents visiteurs sont attendus.

 

Depuis six ans, Solène Mallié revit au quotidien le plus beau jour de sa vie. A aujourd’hui 33 ans, cette Normande d’origine est à la tête de Wed in France, une entreprise toulousaine spécialisée dans l’organisation de mariages. Son histoire est riche de voyages et de rencontres. L’Arabie Saoudite, l’Angleterre, le Pays de Galles, puis Paris, et la télévision où elle devient «petite main» aux côtés de Patrick de Carolis : «Je travaillais à la production de documentaires, à l’écriture de scénarii.» raconte-t-elle. C’est là qu’elle fait la connaissance d’une journaliste, Sabine Quindou (Thalassa, ndlr), qui va lui «souffler» l’envie de se lancer dans l’événementiel autour du mariage, lui faisant remarquer à la fois sa capacité d’écoute, et sa disponibilité. Mais à l’époque, Solène Mallié se sent «un peu jeune» pour entendre ce message que la vie lui renvoie pourtant en 2007 : «En fait, j’ai suivi mon mari ingénieur à Toulouse.» explique-t-elle, «Et comme ici, il n’était pas facile de trouver un poste dans l’événementiel, j’ai monté ma propre structure.»

 

Du sur-mesure

 

En 2011, Solène Mallié franchit un nouveau cap. Malgré la baisse affichée du nombre de mariages (au profit du PACS), elle crée la Sarl L’événement Mariage. Deux salons sont ainsi organisés à Deauville et Toulouse. «Contrairement à un salon classique, l’idée consiste à rassembler des prestataires solides qui sont heureux de travailler ensemble. Tous pratiquent à peu près les mêmes prix. Il n’y a par conséquent pas de dumping entre eux. Nous voulons que les futurs époux ne se sentent pas agressés mais accueillis et commencent à imaginer à quoi ressemblera leur mariage. Aujourd’hui à l’heure du numérique, la meilleure communication qui soit, c’est la rencontre.» considère Solène Mallié qui demande aux exposants de «s’adapter au public» dans un contexte de crise : «Le sur-mesure est au cœur de ce salon» poursuit-elle, «On peut avoir une robe unique sans se couper un bras.»

 

Les années trente en 2013 ?

 

Du décorateur, au traiteur en passant par le fleuriste, le coiffeur, le maquilleur ou le photographe entre autres corps de métier, cette deuxième édition toulousaine du Salon du Mariage s’apprête à accueillir une trentaine d’exposants. Son organisatrice a d’ailleurs retenu une certaine leçon : «L’an dernier, j’ai beaucoup travaillé sur l’exclusivité d’une profession. Mais je me suis rendue compte de ses limites. Un photographe qui a quatre mariages à couvrir le même jour, n’intéresse pas les gens. Cette année, ils seront trois, se connaissent et se prêtent même du matériel !»

De même, la manifestation se pare toujours d’une scénographie que Solène Mallié met au point avec une ancienne costumière devenue décoratrice, Nathalie Guillot, à qui elle rend hommage : «Nous sommes vraiment un binôme. Sans elle d’ailleurs, nous n’en serions peut-être pas là. Elle a beaucoup d’esprit artistique. Elle crée et je rends possible.» Un fil rouge ou plutôt rose voire bleu qui en 2012, a pour nom Marie-Antoinette : «Nous nous sommes inspiré de cette personnalité à l’affût de toutes les tendances et du film de Sofia Coppola, avec ses matières, ses couleurs, ses décors. Cette icône de la mode aimait les jolies choses, était gourmande, s’entourait de toute une cour pour la guider… Elle nous a fait vraiment penser à une mariée dans ses préparatifs et chaque exposant a joué le jeu. Tous ont décliné leurs univers respectifs autour de cet aspect glamour» confie en avant-première Solène Mallié. En 2013, le thème du salon devrait tourner autour des années trente. Dans l’immédiat, entre cinq et six cents visiteurs sont attendus ce week-end au Casino Théâtre Barrière.

 

Claire Manaud

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.