21 décembre 2012: Et après ?

Selon le calendrier maya, la fin du monde serait programmée pour le 21 décembre prochain. Une rumeur qui depuis plus de deux ans, fait le tour de la planète avec comme point de chute, Bugarach. A une semaine du Jour J, les yeux restent tournés vers ce village audois et sa montagne « renversée ». Mais qu’est-ce qui nous attend le 21 décembre 2012 ?

«Le 21 décembre, je serai dans un restaurant de Rennes-le-Château en train de commettre un génocide de canards ! (rires)» La fin du monde dans tout juste huit jours, Yves Lignon n’y a jamais cru. Mais avec une trentaine de personnes, dont «des éditeurs, des auteurs et un philosophe», le mathématicien toulousain spécialiste du paranormal, va quand même fêter cet événement (ou ce non-événement, c’est selon !) à sa manière, facétieuse : « C’est le repas des survivants si vous voulez : Nous avons monté une opération que nous appelons «Mort à crédit»» s’amuse Yves Lignon. «Le paiement par chèque est exigé car si vraiment la fin du monde survient, ils ne seront jamais encaissés et nous aurons bien mangé, gratuitement !» L’établissement en question donne sur le Pic de Bugarach (il abriterait pour certains un immense vaisseau spatial…) : « comme ça, s’il se passe quelque chose, nous le verrons… » poursuit incrédule cet enfant du pays, qui a passé son adolescence à Limoux et ne compte plus ses passages dans le célèbre (malgré lui ?) village audois, seul endroit au monde qui serait épargné par le soi-disant cataclysme à venir. Comme beaucoup, Yves Lignon a découvert la rumeur de fin du monde liée au calendrier maya dans le film de Roland Emmerich «2012». Il s’est dit alors qu’«il y avait des gens qui ne savaient pas faire de mathématiques » : « Tout cela est faux » explique-t-il, « le calendrier maya est cyclique comme tous les calendriers parce que la nature elle-même est cyclique. Simplement, les mathématiques des Mayas n’étaient pas les mêmes que les nôtres. Nous comptons sur nos dix doigts, alors qu’eux, comptaient sur les doigts de la main et des pieds. Les Mayas avaient vingt unités alors que nous n’en avons que dix. Voilà pourquoi avec nos mathématiques à nous, nous lisons ce calendrier de travers. C’est aussi simple que cela.» Au diocèse de Toulouse, Bernard de Fornel est responsable de la Pastorale Nouvelles croyances et Dérives sectaires. Récemment interrogé dans un lycée pour informer ces jeunes intrigués par le phénomène 21 décembre 2012, sa réponse est sans équivoque : «Depuis la chute de l’empire romain, il y a eu plus de cent quatre-vingt annonces de fin du monde (dont Nostradamus, les Témoins de Jéhovah ou Paco Rabbane, ndlr). Ce n’est donc pas nouveau. Ce que dit le christianisme, comme le judaïsme et l’islam, c’est que le monde se terminera mais on ne sait pas quand. De plus, dans le dernier livre de la Bible écrit par Saint Jean, on fait appel à l’Apocalypse mais le terme d’« apocalypse» signifie « révélation ». Ce n’est pas un livre de catastrophes comme on le croit souvent mais au contraire de grande espérance.»

La fin d’un monde

 

Il a beaucoup été palabré sur le 21 décembre 2012. Avènement d’extraterrestres, inversion des pôles magnétiques de la Terre, collision avec une comète, pandémie… C’est aussi ce jour J qu’est prévu un exceptionnel alignement de planètes. Pour la médium – astrologue karmique et tarologue toulousain Christine Tercier, celui-ci est simplement «annonciateur d’une évolution» : «l’Homme doit passer à un autre taux vibratoire. Il est arrivé à un niveau de technicité ou de progrès certes, mais il doit prendre conscience qu’il a énormément régressé à un autre niveau, celui de l’humain. Il est temps de rétablir un équilibre.» Auteur du livre «Au paradis des étoiles» (éd. Ixcéa) dans lequel elle évoque cette date, Christine Tercier explique : «Nous sommes actuellement dans une période de dépouillement : les gens nous apparaissent tels qu’ils sont. Cela est dû au transit de Pluton depuis 2008. Les révolutions arabes ne sont pas arrivées par hasard et les récentes querelles politiques à la tête d’un certain parti non plus. En ce moment le climat est explosif avec la planète Pluton.» Mais pas question d’un quelconque Armageddon dans une semaine : «Tous les 21 décembre sont problématiques puisque correspondant au solstice mais non, la fin du monde n’aura pas lieu le 21 décembre ! Ce n’est que la date du passage du 4e au 5e monde dans le calendrier maya. Pour eux, il s’agissait de la fin d’un monde et l’entrée dans un nouveau, mais pas de la fin du monde.» insiste l’astrologue, qui fait un parallèle avec le Tarot : «Les lames 21 et 12 sont des cartes de mutation, de transformation. On est bien dans l’annonce d’une quête spirituelle humaine, une volonté d’apprendre et de transmettre. Il y a également l’indication d’une pause mais qui permet l’évolution ultérieure, un pas vers un avenir meilleur.»

 

 

 

Retour à Bugarach, à 200 kilomètres de Toulouse et dix, du non moins célèbre Rennes-le-Château. Nicolas d’Estienne d’Orves s’est rendu lui aussi à quatre reprises sur le site tant décrié dont les 21 mars et 21 juin derniers. Dans son livre «Le village de la fin du monde» (éd. Grasset), le journaliste écrivain relate comment au cœur du Pays cathare – destination prisée des ésotéristes dans les années trente et des hippies quarante ans plus tard- «Bugarach est devenu le lieu de toutes les folies, où se concentrent tous les fantasmes millénaristes, prophétiques, délirants. Et aussi des intérêts d’argent.» Le préfet de l’Aude Eric Freysselinard vient d’ailleurs de saisir la justice «face aux tentatives d’exploitation commerciale autour de la prétendue fin du monde», des sites internet proposant des chambres à la location pour 1500 euros par jour. En outre, Bugarach serait l’arbre qui cacherait en fait une forêt d’éoliennes. Une autre affaire qui localement embarrasse mais pour l’heure, «je n’ai vu ni ovni, ni druide» dit N. d’Estienne d’Orves, juste «des personnes un petit peu étranges, que j’ai gardées dans le livre. J’ai vu un petit village obligé de composer avec une rumeur et un maire qui pilote très intelligemment tout ça, des villageois qui sont amusés au début mais qui à la fin en vraiment ont marre d’être harcelés par des journalistes, une région très belle mais difficile où les gens n’ont pas beaucoup d’argent et vivent dans des conditions parfois assez rudes. C’est une région que j’adorais et que j’aime encore plus maintenant» ajoute N. d’Estienne d’Orves, qui avoue être ressorti de son enquête «à la fois fasciné et frustré.» Selon Yves Lignon, la montagne «renversée», le fameux Pic, «est géologiquement particulière mais sans plus.» La «légende» de Bugarach aurait commencé «vers 1795», à l’heure de l’installation du système métrique : «deux mathématiciens parisiens Delambre et Méchain ont été chargés de mesurer une partie du méridien terrestre pour établir une unité.» explique Y. Lignon, «Méchain est passé à Bugarach. Il a embauché des gens pour y monter tous ses appareils mais un orage a éclaté en haut du Pic. Ces Bugarachois ont alors dit que c’était le diable, qu’il déchaînait la foudre.»

 

Reste qu’à J-8, les faux-prophètes restent fort redoutés. «Ce qui est grave et condamnable, c’est qu’on fait peur aux gens» s’indigne B. de Fornel, comme tous ceux rencontrés à l’occasion de cette enquête. Dans le journal L’indépendant, Jean-Pierre Delord, maire de Bugarach, dit craindre «la venue de fanatiques isolés.» Gendarmes, pompiers, les services d’ordre sont mobilisés. D’après nos informations, un détachement de la garde républicaine serait même appelé sur place, alors que les accès au village seront filtrés et interdits au Pic, du 19 au 23 décembre. Ici en Haute-Garonne, «pas de mouvement sectaire d’importance» signale la préfecture. «Nous n’avons pas de consigne particulière mais restons vigilants» commente pour sa part le Capitaine de police David Delattre.

 

Claire Manaud

 

Repères

2009 : date de sortie du film de Roland Emmerich

20 000 : le nombre de personnes qui auraient gravi le Pic de Bugarach depuis un an.



UN COMMENTAIRE SUR 21 décembre 2012: Et après ?

  1. Mobius dit :

    Mon mari croit beaucoup à l’astrologie. Ca n’aide pas pour les tâches ménagères car Il n’accepte de faire la vaisselle que quand Saturne, Vénus et Uranus sont alignés.

    (Marc Escayrol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.