2009; Blagnac sur orbite

Avec des quartiers en plein développement, l’arrivée de nouvelles activités commerciales, la présence d’Airbus et de l’aéroport sur son territoire, Blagnac est la ville phare de l’agglomération toulousaine. Et 2009 s’annonce riche en innovations malgré la crise.

 
«Nous inscrivons cette année 2009 sous le signe de la confiance malgré un avenir incertain. Nous sommes confrontés à une morosité et un désenchantement communicatif mais, vu de Blagnac, nous avons toutes les raisons de rester optimistes.» Le maire emblématique de la 5ème ville du département Bernard Keller, a tenu à rassurer ses concitoyens lors de ses vœux à la presse ce mardi. Selon lui, «la plupart des feux sont au vert» pour la commune et ses partenaires de Blagnac Constellation (Ausonne, Beauzelle, Seilh, Cornebarrieu, Mondonville). Tour d’horizon des atouts et priorités de ce territoire majeur de l’agglomération toulousaine.

Un essor économique

«La moitié de notre zone urbanisable est dédiée à l’activité économique et le nombre d’emplois a doublé en 10 ans pour atteindre en 2007 le nombre de 27 000.» Bernard Keller se félicite du dynamisme de sa commune qui a enregistré ces derniers mois l’arrivée de nombreuses sociétés. «Je n’ai jamais fait autant d’inaugurations ou de poses de première pierre que ces 6 derniers mois !» : un second Mc Donald’s, l’ouverture d’un KFC, l’extension de la galerie marchande de Leclerc, la création de 200 chambres supplémentaires au prestigieux hôtel Radisson, les inaugurations du siège d’EADS, Labinal et Altran… Sur le seul quartier d’Andromède, 37 000 m² de bureaux ont été livrés. Et au premier trimestre 2009, les travaux d’un nouveau centre de formation des apprentis de l’industrie (CFAI) débuteront sur 9 000 m² pour une ouverture à l’automne 2010 et l’accueil d’un millier de jeunes.

Le poids d’Airbus et de l’aéroport

Pour Bernard Keller, la présence d’Airbus et de sa sous-traitance sur le territoire de sa commune reste un atout à ne pas négliger : «Malgré le management contestable d’Airbus qui a conduit à une fragilisation de son image, l’aéronautique n’est pas un programme en reconversion. Même le scénario le plus pessimiste montre que cette industrie passera la crise sans trop souffrir car les carnets de commande sont pleins. Il fait donc meilleur d’être ici à Blagnac que dans une région où le moteur de l’économie est l’industrie automobile.» Autre structure majeure, l’aéroport est actuellement en chantier pour l’ouverture en 2009 de son hall D pouvant accueillir jusqu’à 8 millions de passagers. Alors que la construction d’un second aéroport dans la région n’est plus d’actualité, celui de Blagnac doit désormais relever le défi des transports : «L’aéroport doit être mieux desservi. La Ligne E du tramway peut nous y aider mais ce n’est pas la solution. Nous sommes actuellement en discussion avec Tisséo pour augmenter les cadences des navettes à destination du centre de Toulouse. Mais dans tous les cas, la desserte du site devra faire l’objet d’une ligne dédiée.»

 

L’attractivité d’Andromède

Les premiers habitants de ce nouveau quartier situé à cheval entre Blagnac et Beauzelle ont déjà posé leurs valises dans des logements neufs et construits en haute qualité environnementale. Et face à la crise immobilière et financière, le maire blagnacais reste confiant : «Malgré les difficultés de financement et le ralentissement de la demande, les promoteurs préservent leur position sur Andromède et ne comptent pas se retirer du jeu.» Ainsi, 51 logements seront livrés en février et 115 autres en juin accompagnés par l’ouverture d’une nouvelle crèche. Les programmes collectifs à caractère social débuteront dans le courant 2009.

Communauté urbaine:les bénéfices

Vice-président du Grand Toulouse, Bernard Keller a participé activement au passage de l’agglomération toulousaine en communauté urbaine. Un choix judicieux pour le maire de Blagnac qui en récoltera dès cette année les fruits. Le secteur de Blagnac Constellation a été choisi pour représenter l’un des huit pôles territoriaux de proximité de la nouvelle communauté urbaine. Autre atout, la priorité donnée par la CU aux transports renforce Bernard Keller dans sa conviction de développer la Ligne E du tramway dont les travaux se poursuivent pour une mise en service le 30 novembre 2010. Enfin, dernier cadeau pour 2009 et non des moindres : la construction des nouveaux Parc des Expositions et Palais des Congrès sur le site de Blagnac Constellation : «Nous travaillons actuellement sur le projet pour le lancement d’un appel d’offres en septembre, une décision au printemps 2010 et une réalisation fin 2013.» On ne connaît encore ni le lieu exact ni le mode de financement d’un projet de 300 millions d’euros. Reste que le choix de Blagnac pour accueillir ce nouvel équipement promet de belles années au nord-ouest de Toulouse : «Cela va booster le prolongement de la Ligne E et le doublement de la RD 902 vers Grenade, ainsi que le feu vert pour la construction d’Aéroscopia, lieu de culture aéronautique situé entre le Parc des Expos et l’usine Lagardère», précise Bernard Keller.

« Blagnac-centre 2020 »

Dans sa volonté d’améliorer le cadre de vie des Blagnacais, Bernard Keller prévoit cette année la reconstruction de la crèche des Dauphins, la rénovation du parc du Ritouret, la requalification du petit théâtre Saint-Exupère, et la création d’une cuisine centrale de haute qualité. Souvent critiqué par ses opposants sur «l’abandon du centre historique», Bernard Keller réplique avec la réfection de la voirie communale et la prolongation de son programme de valorisation : «Il faut préserver ce bijou qu’est le centre ancien et maintenir l’attractivité pour les commerçants. L’église Saint-Pierre fait actuellement l’objet de rénovation pour une réouverture en juin prochain.» Autre innovation, la création d’un conseil économique et social local présidé par Jean-Michel Vernhes, directeur de l’aéroport de Blagnac. Enfin, la commune fête cette année les 20 ans de sa patinoire, l’ouverture d’une exposition sur le 40ème anniversaire du premier vol du Concorde et la troisième édition du festival Luluberlu.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.