Vœux 2013 : Encore et encore …

Le bal des traditionnelles cérémonies de vœux a continué cette semaine. Nous y étions.

 

Blagnac poursuit son envol

Du côté de Blagnac, les affaires se portent plutôt bien. Le maire de la ville qui compte 36 146 emplois pour 24 000 habitants, s’est réjoui lors de ces vœux du «dynamisme économique» de Blagnac, reconnue aussi pour sa qualité de vie. Alors qu’EADS y a annoncé l’implantation de son siège social, Bernard Keller déclare : « Notre aéronautique se porte de manière remarquable », relatant à la fois les « succès d’Airbus, d’ATR et de l’aéroport» (voir nos pages Economie). Parmi les chantiers en cours sur la commune, la ligne de tram Envol dont la mise en service est prévue fin 2014. Est annoncée en outre la construction de 420 logements neufs à proximité du tramway, de deux écoles, d’un gymnase et d’un skatepark à Andromède. L’an prochain, le premier trimestre doit voir également l’ouverture du musée Aéroscopia, qui « va participer à renforcer l’attractivité de l’identité aéronautique» selon B. Keller. Même prédiction pour le futur parc des Expositions qui « devrait aider à trouver des jobs à ceux qui n’ont pas de qualifications ». Ouverture prévue en 2017.

Claire Manaud

Les Verts de la Région prennent leurs distances

Nous savions les relations tendues entre le groupe Europe Ecologie Les Verts et le président Malvy. Cela ne devrait pas s’arranger en 2013 : « Nous souhaitons imposer un rapport de forces pour influencer les politiques publiques. Il faut améliorer le fonctionnement politique de l’institution régionale et avoir un vrai fonctionnement démocratique. On ne se taira pas » avance Guillaume Cros, élu tarnais et président du groupe. Gérard Onesta, vice-président de la région, n’hésite pas à enfoncer le clou : « Nous avons encore un an pour mener une cohabitation intelligente. Ensuite, on relèvera les compteurs. » Marie-Christine Pons, autre élue écologiste, résume ainsi le rôle de son groupe : « Notre équipe est un aiguillon, avec une vraie ténacité. » François Simon, autre vice-président de l’institution, pose lui une question nationale : « 2013 sera-t-elle l’année de la rigueur et de la récession ? Ou sera-t-elle celle de la transition écologique ? » Nous devrions retrouver les écologistes en position de provocateurs pour les municipales à venir.

Thomas Simonian

 

Moudenc se prépare à une année sportive

« 2013 sera une année de préparation au sens sportif du terme » a déclaré l’ancien maire pour ses vœux à la presse. La venue, la semaine dernière, de Jean-Louis Borloo à Toulouse, a clairement fait entrer le microcosme politique toulousain dans la campagne municipale. Et Jean-Luc Moudenc de mettre en garde ses cousins centristes : « Je ne cesse de dire qu’il faut un rassemblement et l’UDI n’est donc pas à l’origine de cette volonté. Tout cela me fait grandement sourire. Si l’UDI ne fait pas attention à se construire, elle ne sera pas crédible. Il ne faut jamais perdre le sens des réalités, et sur la base des résultats aux élections législatives, la base électorale de l’UDI est de 3%.» L’avertissement est lancé, et le député est donc clairement candidat à être tête de liste pour l’opposition, même si selon lui « les choses doivent être ouvertes », et que le choix final concernant ce leadership se fera sur la base d’accords nationaux entre l’UMP et l’UDI. Jean-Luc Moudenc a également répondu aux attaques de Pierre Cohen : « Je ne lui reconnais pas le droit de juger les bons et les mauvais centristes. » Le ton de la campagne est donné.

 

Thomas Simonian

Pierre Cohen dit ne pas être en campagne, et pourtant…

« 2013 sera une année de préparation au sens sportif du terme » a déclaré l’ancien maire pour ses vœux à la presse. La venue, la semaine dernière, de Jean-Louis Borloo à Toulouse, a clairement fait entrer le microcosme politique toulousain dans la campagne municipale. Et Jean-Luc Moudenc de mettre en garde ses cousins centristes : « Je ne cesse de dire qu’il faut un rassemblement et l’UDI n’est donc pas à l’origine de cette volonté. Tout cela me fait grandement sourire. Si l’UDI ne fait pas attention à se construire, elle ne sera pas crédible. Il ne faut jamais perdre le sens des réalités, et sur la base des résultats aux élections législatives, la base électorale de l’UDI est de 3%.» L’avertissement est lancé, et le député est donc clairement candidat à être tête de liste pour l’opposition, même si selon lui « les choses doivent être ouvertes », et que le choix final concernant ce leadership se fera sur la base d’accords nationaux entre l’UMP et l’UDI. Jean-Luc Moudenc a également répondu aux attaques de Pierre Cohen : « Je ne lui reconnais pas le droit de juger les bons et les mauvais centristes. » Le ton de la campagne est donné.

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.