[Edito] Urbanisation, stop à la démagogie !

Thomas SimonianL’INSEE nous alerte d’une situation pour le moins préoccupante via son dernier « Portrait social de la France ». La précarité gagne du terrain dans notre pays, et tous les territoires sont désormais touchés. Y compris des régions qui étaient jusqu’à aujourd’hui un peu plus épargnées, telles le Centre ou le Languedoc-Roussillon. La crise est partout ! Le nombre de chômeurs de longue durée explose, les SDF sont de plus en plus nombreux, et la question des zones prioritaires de la politique de la ville est toujours prégnante… En clair, les quartiers dits populaires le deviennent de plus en plus. Et je ne parle pas de la conséquence directe de tous ces maux qui est l’explosion de la violence, et de Toulouse qui est depuis quelques mois rattrapée par la patrouille. Notre ville se pensait éloignée de tout danger, et la réalité marseillaise y était considérée tel un film en 3D. Pourtant nous sommes désormais dans le dur. Les actes de violence sont de plus en plus réguliers, mais surtout prennent une ampleur que nous devons accepter à sa juste valeur. Avec beaucoup de pragmatisme. Autre question posée par cette récente étude de l’INSEE, celle du logement.

« Il faut trouver des solutions de manière très rapides »

Beaucoup de familles, de plus en plus issues de la classe moyenne, n’ont plus les ressources nécessaires pour s’offrir un logement décent. Il faut trouver des solutions de manière très rapides, car c’est le premier symbole d’une précarisation de notre société. La réalité est que toutes les grandes agglomérations, dont la nôtre, manquent cruellement de logements, en particulier sociaux. Et pourtant, qu’avons-nous observé lors de la dernière campagne municipale ? Beaucoup de candidats, à droite comme à gauche, nous ont servi la soupe d’une urbanisation qualifiée alors d’outrancière. Il s’agissait alors de faire peur à tout le monde, afin sans doute de cajoler un électorat qui a peur de l’autre… Mais ces calculs purement politiciens restent démagogiques, et se heurtent rapidement à la réalité. Dans notre métropole comme ailleurs, l’urbanisation, qui doit rester qualitative tout de même, doit s’accélérer… La pénurie est là. Ne nous cachons pas, disons la vérité. Mais bon, comme toujours en politique, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire…



3 COMMENTAIRES SUR [Edito] Urbanisation, stop à la démagogie !

  1. Saforcada dit :

    Malheureusement ce n’est pas l’accumulation de logements sociaux qui changeront les choses car ceux-ci ne seront pas accessibles aux “classes moyennes” qui sont (et seront) trop riches pour y avoir droit et trop pauvres pour pouvoir habiter la première, voir la deuxième, couronne toulousaine. Peut faudrait il penser à repartir intelligemment les “ressources”, mais aussi les services, sur l’ensemble du territoire. A moins de connaitre une baisse significative des loyers ou bien une redéfinition des aides et de nos politiques migratoires.

  2. saforcada david dit :

    Malheureusement ce n’est pas l’accumulation de logements sociaux qui changera les choses car ceux-ci ne seront pas accessibles aux classes populaires dites “moyennes” qui sont (et seront) trop riches pour y avoir droit et trop pauvres pour pouvoir habiter la première, voir la deuxième, couronne toulousaine. Peut être faudrait il penser à répartir intelligemment les “ressources”, mais aussi les services, sur l’ensemble du territoire. A moins de connaitre une baisse significative du montant des loyers et/ou une redéfinition des aides et de nos politiques migratoires…

  3. Patrick AUBIN dit :

    Plus le système politique intervient et pire est la situation. Plus le budget de l’état explose, et pire est la situation. Plus il y a de bureaucratie, et pire est la situation. Plus le monde politique se fonctionnarise et pire est la situation. et ce n’est pas en laissant les mêmes qui nous ont conduit dans cette situation que cela s’arrangera, pas plus qu’en laissant les extrêmes.

    La solution est de stopper toute intervention politique dans le domaine économique et de recentrer l’état sur ce qu’il aurait dû se contenter de faire, en étant au service des citoyens, et non du système de pillage mis en place par le système mafieux des énarques : police, justice, armée et diplomatie. Privatisation de tout le reste.

    Il est ainsi nécessaire de donner un choc économique en donnant le salaire complet aux salariés (salaire net+charges salariales et patronales) tout en les laissant libres de choisir leur système social d’assurance santé, chômage et retraite.

    Enfin sur le système politique, il est temps de comprendre qu’il faut dépasser la démocratie représentative actuelle et que ce soit les citoyens qui décident de ce qui est bien pour eux. Il est nécessaire d’en finir avec un système de guerre électorale qui n’amène au pouvoir que des carriéristes incompétents qui se gavent sur le dos du contribuable. C’est au citoyen de choisir son gouvernement, pas à un unique gouvernement élu par une majorité toute relative de faire des lois clientélistes. Oui, il faut aller vers la mise en concurrence sur un même territoire de gouvernements. La concurrence, c’est ce qui permet de comparer et d’en changer si nous ne sommes pas satisfait des services apportés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.