Une haute figure politique: Jean François-Poncet

Une haute figure politique vient de disparaître le 18 Juillet dernier : Jean François-Poncet, ancien Secrétaire d’État puis Ministre des Affaires Étrangères de VGE, fut aussi Secrétaire Général de l’Elysée de 1976 à 1978. C’est là que je le connus alors que j’étais attaché au service de presse de l’Élysée. J’eus l’immense chance de le voir travailler, imposer un dialogue permanent dans l’équipe du Président et occuper avec talent cette éminente fonction politico-administrative. Pour l’ancien major de l’ENA et l’ancien chef d’entreprise, cette fonction élyséenne correspondit avec son élection au Conseil Général de Lot-et-Garonne où il avait été élu Conseil Général en 197 à Laplume. Président du Conseil Général de 1978 à 1994, puis après un come-back audacieux de 1998 à 2004, il sut faire de ses collègues les «hussards verts» de la ruralité territoriale lot-et-garonnaise en les engageant dans tous les combats conduisant à la recherche d’une valeur ajoutée maximale pour son territoire. Considérant ce mandat de Président comme «le plus passionnant et le plus actif», il s’investit néanmoins au Sénat de 1983 à 2011 (soit près de trente ans) comme notamment Président de la Commission des Affaires économiques. Curieux destin individuel et politique d’un homme public abandonnant le petit monde décideur parisien pour les difficultés de terroir, qui préféra s’investir en politique au Lot-et-Garonne plutôt que dans le 16° arrondissement, qui s’épanouit au Conseil Général d’un département rural et agricole dont il défendit notamment l’emblématique «pruneau d’Agen» plutôt que de s’investir dans les hautes sphères de l’ONU ou de l’Union Européenne. Auteur de plusieurs ouvrages dont «La politique économique de l’Allemagne» (dans les années 70), «37 Quai d’Orsay» (ses «Mémoires» dédiées à son épouse Marie-Thérèse), «Le Lot-et-Garonne au cœur» (interview avec Michel Gardere), il nous laisse, au moment où les Lot-et-Garonnais (dont il présidait la République) l’accompagnent à sa dernière demeure au cimetière de Lusignan-Grand, quelques réflexions qui méritent d’autant plus de méditations qu’elles émanent d’un homme d’action et de réflexion qui sut toujours mêler intelligence territoriale, écoute des autres, et passion du terroir : «La politique est affaire de patience et de présence, de rencontres et de chance, de persévérance physique et d’endurance psychologique pour encaisser les coups bas, les promesses non tenues, les trahisons organisées mais aussi d’intuition pour saisir les opportunités et trouver la voie du cœur de l’électeur.» (Mémoires – 37 Quai d’Orsay »

Stéphane Baumont, Ancien collaborateur de Jean François-Poncet



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.