UDI, la « bouillabaisse » toulousaine

Plus personne ne comprend ni ne maîtrise la situation toulousaine de l’UDI. Les intéressés eux-mêmes semble-t-il… Lundi dernier, Hervé Morin, le n°2 du parti, était dans les rues toulousaines pour annoncer une investiture officielle qui devait être donnée à Christine de Veyrac dès le lendemain pour la confirmer tête de liste aux prochaines municipales. Pourtant rien n’est encore sorti du conclave centriste… Pour Toulouse certes, mais pour ailleurs aussi. La liste des investitures ainsi non publiée pour le moment, le vent des rumeurs souffle de nouveau. La vérité tient sans doute au fait que Jean-Louis Borloo reste pour le moins indécis sur la stratégie à venir dans les grandes villes… Et que le microclimat toulousain sent le soufre. Suite à cette vraie fausse annonce, deux logiques s’affrontent. L’une est politique ; selon une source parisienne le cas de Veyrac a provoqué de longues discussions non conclues pour le moment, et des pressions venues notamment du sénateur Alain Chatillon et du député-maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde. Cette source pronostique que Christine de Veyrac n’obtiendra pas le sésame. En face la porte-parole de l’UDI 31 Laurence Massat s’explique : « Il y a simplement un report administratif sur la publication d’une liste de 180 noms. Mais l’investiture sera donnée à Christine. Jean-Louis Borloo le lui a confirmé au téléphone. » Vous y comprenez quelque chose ?

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.