«Trop jeune pour ne pas oser»

Ils sont entrés en politique par la petite porte et seront peut-être de futurs «grands». Mais à l’heure où le vote blanc se multiplie, où l’on dit les Français de moins en moins intéressés par la chose politique, pourquoi une telle implication ? Quelques éléments de réponses avec les portraits et la rencontre de deux de ces jeunes, Grigori Michel, responsable des Jeunes Centristes de Midi-Pyrénées et Franck Boisgibault, Secrétaire Départemental de Debout les Jeunes (Debout la République).
A respectivement 21 et 22 ans, même si leurs convictions ne sont pas les mêmes, ils ont malgré tout cette envie commune de s’impliquer pour leur pays. Deux jeunes Toulousains aux parcours différents s’engagent pour servir chacun une cause. Le premier, étudiant en master 1 Comptabilité, contrôle, audit, à l’IAE de Toulouse est entré chez les Jeunes Centristes (Nouveau Centre) pour «contribuer à un changement» : «En période d’élections, lorsque vous êtes au collège ou au lycée, et qu’il y a des débats, on en arrive toujours à la même conclusion : l’impuissance face à la situation de la France. C’est cette espèce de fatalité que je veux combattre» explique Grigori Michel. Son choix d’appartenir à un parti centriste s’est fait naturellement, sans intervention parentale, comme c’est souvent le cas : «Ma famille a des convictions à l’opposé des miennes. Pour ma part, je ne suis ni de droite ni de gauche. J’ai construit ma vision de la République de façon autonome. J’ai lu, je me suis renseigné, j’ai pesé le pour et le contre et en suis arrivé à une conception un peu plus libérale et démocrate que ce que proposent l’UMP et le PS. Je suis convaincu en effet que dans un débat démocratique, on peut trouver des idées d’inspiration un peu plus à gauche qui peuvent se rapprocher de celles un peu plus à droite.» Le second de ces jeunes, est lui, depuis trois semaines à peine, Secrétaire Départemental de Debout les Jeunes. Son engagement est plus récent et en lien avec ses études d’informatique à Supinfo Toulouse. «Ce qui m’a convaincu, ce sont les positions de Nicolas Dupont Aignan (leader de Debout la République) sur Hadopi. C’est un sujet où régnait un silence général. L’UMP et le PS étaient d’accord. Quant aux autres partis, ils ne proposaient rien du tout ! Même constat sur la carte musique Jeunes. Les clips étaient scandaleux ! C’est une honte de représenter la jeunesse comme ça !» s’indigne Franck Boisgibault qui avoue en 2007 avoir «malheureusement» soutenu Nicolas Sarkozy, «mais je n’avais que 17 ans, je ne votais pas…» ajoute-t-il, comme presque soulagé.

Internet, un outil incontournable

Droite-gauche, un clivage qui n’a pas lieu d’être dans la France d’aujourd’hui pour Franck Boisgibault : «Je pense que la question se pose davantage en termes de mondialisme/anti-mondialisme avec Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg et Marine le Pen dans un camp et Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, et Dominique de Villepin dans un autre.» A l’instar de son homologue centriste Grigori Michel, fier d’être reconnu au sein de son parti comme force de propositions et pas simple «colleur d’affiches contrairement à nos camarades MJS et Jeunes Pop», Franck Boisgibault estime lui aussi pouvoir «jouer un rôle» en politique : «Je suis trop jeune pour ne pas oser» assure-t-il.
Mais autant pour l’un que pour l’autre, le combat est rude. Chacun défend sa propre idéologie avec pour l’aider, une trentaine de sympathisants et qui plus est, des subventions qui se font rares. Alors Internet devient un véritable allié. Sites, Facebook, twitter, les réseaux sociaux, «c’est capital, c’est une façon de militer différente» souligne Franck Boisgibault. Un outil incontournable. «Il est essentiel d’y être» acquiesce Grigori Michel, «d’avoir un site régulièrement actualisé pour intéresser et attirer de nouveaux sympathisants ; le plus difficile cependant, étant de garder un militant.»

Campagne des présidentielles : «Un concours de beauté»

Interrogés en revanche sur l’intérêt pour la politique des autres jeunes qu’ils côtoient au quotidien, les deux avis divergent. «Très sincèrement, les jeunes se désintéressent de la politique. Ils ont même une image assez négative du politique et l’actualité ne les encourage pas à penser qu’une telle démarche peut les sortir de la tourmente.» explique Grigori Michel, et ce malgré les appels du pied comme celui de son «ami» Maxime Verner : «C’est grâce à ce jeune centriste que l’on peut se présenter à des élections législatives à 18 ans. Donc il existe bien des mouvements qui encouragent les jeunes à s’investir.» Franck Boisgibault considèrent qu’au contraire, «avec l’avènement d’Internet, les jeunes sont extrêmement ouverts à la politique. Malheureusement beaucoup vont voter Marine Le Pen.»
De même, lorsque l’on évoque leur propre avenir en politique, les projets ne sont pas forcément les mêmes. «Je suis patriote, j’aime la France donc tant que je peux m’impliquer, je le ferai.» confie Franck Boisgibault sans pour autant se voir dans l’immédiat dans une équipe de campagne. D’ailleurs, il immisce un bémol dans son engagement : «Pour l’instant, les idées de Nicolas Dupont Aignan me semblent les bonnes mais si demain on apprenait qu’il est mêlé à une «affaire», alors je n’aurais plus spécialement l’envie de travailler pour lui.» Grigori Michel lui, pourrait bien franchir une étape supérieure puisqu’il est pressenti pour les législatives sur la 6ème circonscription de la Haute-Garonne. Mais il se dit «déçu» par la campagne électorale actuelle : «C’est plus de la communication qu’un débat d’idées. On se croirait dans un concours de beauté digne de la presse people.» Et de regretter tout autant le retrait de certains des candidats à la présidentielle dont le sien, Hervé Morin : «Nous sommes en démocratie. Il est essentiel que tous les courants politiques puissent être représentés sinon les Français ne s’intéresseront pas à cette élection avec le risque d’un fort taux d’abstention.»

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.