Troisième ligne de métro : Scandale en vue ?

Le tracé de la 3ème ligne de metro est-il signé J.L. Moudenc ou un étudiant en Sciences Po?

Lundi dernier, Jean-Luc Moudenc dévoilait son projet de troisième ligne de métro… Mais depuis cette annonce, le doute est permis sur l’origine de l’étude dévoilée par l’ancien maire. Il se pourrait bien qu’elle fasse vite le « buzz », car elle serait en fait extraite d’un dossier réalisé par un étudiant de l’IEP. Aujourd’hui, le jeune homme serait désorienté car Jean-Luc Moudenc aurait présenté à la presse les grandes lignes d’un dossier que cet étudiant aurait rédigé il y a plusieurs mois (tracé et financement)… Selon nos informations, le jeune homme et l’ancien maire se seraient rencontrés depuis, et l’étudiant aurait fait part de sa surprise quant à la méthode employée. D’autre part, le jeune étudiant qui rédigerait aujourd’hui un mémoire sur les transports en commun à Toulouse, aurait donné un seul accord pour l’utilisation de son travail… A un certain Jean-Pierre Plancade, lui aussi engagé dans la course au Capitole. Samedi prochain, le sénateur haut-garonnais devrait d’ailleurs être aux côtés du jeune homme pour l’inauguration de sa permanence de campagne. Les intéressés répondront alors à la presse sur l’origine de cette étude sur la troisième ligne de métro. Jean-Luc Moudenc a-t-il repris à son compte le travail d’un autre ? La question est désormais posée.

TS



5 COMMENTAIRES SUR Troisième ligne de métro : Scandale en vue ?

  1. Romuald Pagnucco dit :

    Je crois que le Journal Toulousain a été mal informé
    Mon association Projet Toulouse a publié le tracé dans la voix du midi quelques mois avant l’étude de Maxime Lafage. Je vais envoyer la coupure de presse à Thomas Simonian, il pourra comparer les dates.
    Et je rappellerai au Journal Toulousain, s’ils se sont informés, que mon nom est en toute lettre dans les remerciement de l’étude de Maxime Lafage, car le tracé de son étude il l’a fait en concertation avec moi.
    Pour le financement, le projet de Jean-Luc Moudenc est totalement différent de cette étude.

  2. Sophie Sdur dit :

    Comment faire confiance à un élu qui raconte qu’il travaille avec des spécialistes sur cette question depuis 5 ans alors qu’il copie sur le voisin. Moudenc n’est décidément pas à la hauteur.

  3. Mathilde dit :

    Au départ, il s’agit bel et bien d’un projet élaboré par un jeune étudiant passionné qui aime sa ville et veut la servir pour la rendre encore plus belle. Je suis outrée de voir comment certains veulent se l’approprier pour servir leurs intérêts politiques et personnels… Bravo Monsieur Moudenc, et bravo à Monsieur Pagnucco pour sa très mauvaise foi !
    De toutes façons, je suis confiante parce que je sais que plus d’une personne pourra témoigner de l’antériorité de l’étude de M.Lafage par rapport à celle dont se réclame M.Pagnucco… et ce ne sera que le juste retour des choses.

  4. Gold31 dit :

    En règle générale, un homme politique n’aime pas faire valoir une idée qui ne viendrait pas de lui. Et s’il n’en a pas, comme c’est souvent le cas, alors il faut lui donner le sentiment que l’idée vient de lui, c’est bien connu.

    C’est en cela que la plupart des idées des militants (tous partis confondus) passent généralement à la trappe, pour réapparaître quelques temps plus tard sous la plume d’un élu qui aura récupéré vos bonnes idées.

    Pour ce qui me concerne, je ne dirai pas à quel ministre j’ai fait part de deux de mes idées, qui furent reprises par ce dernier, quelques temps plus tard…

    Il s’agissait alors d’imposer selon moi, des quotas aux entreprises en matière d’embauche des séniors (quotas depuis appliqués), un peu comme on impose des quotas pour l’embauche des handicapés. (je jugeais en effet que les séniors étaient en quelque sorte des handicapés de la vie sociale).

    J’ai proposé ensuite, de rémunérer (deuxième idée) des RMistes, en transformant les heures de travail imposées (d’intérêt général), en heures sup payées en plus de leur RMI, pour récompenser en quelque sorte ceux qui acceptaient de travailler quelques heures par semaine dans le cadre de leur réinsertion (plutôt que de supprimer purement et simplement leur RMI comme le gouvernement voulait le faire initialement)..
    Ce qui fut également proposé en son nom…par le ministre en question.

    Mais je vous rassure, le ministre, en retour, n’a jamais cité mon nom, et s’est naturellement abstenu de me remercier.

    Mais l’important, aura été pour moi de faire avancer les choses pour des milliers de gens en souffrance.

    J’aurai pour ma part bénéficié moi-même des fameux quotas en entreprise relatifs à l’embauche des séniors, puisque je fus embauché en CDI, grâce à mon idée.

    Concernant le RSA et les heures sup rémunérées, c’est un proche de ma famille qui en aura lui aussi bénéficié, et qui depuis, a remis le pieds à l’étrier, et est actuellement en bonne voie pour sa réinsertion.

    A défaut de m’avoir remercié, c’est moi aujourd’hui, qui remercie ce ministre indélicat de m’avoir permis, finalement grâce à mes idées, de retrouver un emploi, et de ne pas avoir eu à assister à des RMistes jetés à la rue, plus qu’ils ne l’étaient déjà.

  5. BHNS.Toulouse.Ouest.Free.Fr dit :

    À lire Romuald Pagnucco, on dirait que ce tracé de ligne est la découverte de la décennie, que personne n’y avait jamais pensé avant.

    Alors que comme le souligne justiment Maxime Lafage dans un autre article, la ligne A étant sud-ouest/nord-est, la ligne B nord/sud, il est évident que le jour où il y aura une troisième ligne de métro, elle sera est-ouest, et il n’y a pas 36 tracé possibles.

    Et bien entendu que des dizaines de personnes ont déjà réfléchi au tracé d’une éventuelle troisième ligne, à commencer au sein des techniciens de Tisséo.

    Et ces techniciens ne faisaient surement pas la même erreur que la ligne proposée par Moudenc, à savoir stopper la ligne à Airbus au lieu de la connecter à des autres lignes de TCSP à la station des Ramassiers (trains et BHNS Ramassiers).

    Il nous refait le même coup qu’avec son tracé du tram, qui passait à quelques hectomètres de l’aéroport sans prévoir prévoir la desserte de celui-ci.

    Seulement financer 20 km ou plus de métro, ce n’est pas possible avant au moins 2028, en particulier à cause des emprunts différés souscrits entre 2001 et 2008, c’est-à-dire sans commencer à rembourser, et en laissant l’intégralité de l’addition pour les suivants.

    Cliquer ici pour voir l’mage

    Donc maintenant, c’est très bien d’avoir des projets à long terme, mais il faudrait déjà surtout de préoccuper de ce qu’on fait en matière de transports urbains pendant les deux prochains mandats.


    http://BHNS.Toulouse.Ouest.Free.Fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.