Tribune des écologistes de Toulouse Métropole et du Sicoval

Arévalo
Henri Arévalo, élu du Sicoval et de Tisséo

Transports en commun : retour vers le passé

 

 

Le Conseil syndical de Tisséo-SMTC s’est réuni le 4 février dernier. A l’ordre du jour, nous retrouvions le lancement de la révision du Plan de Déplacement Urbain (PDU).

Un tel processus devrait permettre de faire un bilan, de lancer un travail de concertation entre élu-es et citoyen-nes. Il n’en est rien !

Le Président du SMTC, Jean-Michel Lattes a clairement affiché le choix de l’actuelle majorité pour les années à venir sur notre agglomération : une 3ème ligne de métro avant tout !

Un choix fait au détriment des autres projets de transport en commun, qui s’accompagnerait d’un potentiel agrandissement des quais de la ligne A seulement en 2020.

Un agrandissement qui devait se faire fin 2014 selon le candidat Jean-Luc Moudenc, qui affirmait disposer de LA solution.

 

Nous attendrons donc, comme nous risquons d’attendre longtemps la 3ème ligne qui pourrait être lancée en 2025.

 

Les groupes EELV de la Métropole et du SICOVAL s’inquiètent d’un tel choix qui n’est pas à la hauteur des 500 000 déplacements/jours supplémentaires que va connaître notre agglomération d’ici 2025. Henri Arévalo élu au sein du SMTC a d’ailleurs exprimé son désaccord.

La priorité est-elle de remettre en cause de nombreux projets de Transports en Communs en Site Propre (TCSP) au bénéfice d’une hypothétique 3ème ligne de métro ?

Ne doit-on pas plutôt développer rapidement un réseau de surface ? Quid du prolongement de la ligne B qui bénéficierait à environ 35 à 38 000 voyageurs et voyageuses jours, toulousain-es ou habitant-es du sud-est et que l’actuelle majorité semble vouloir mettre au second plan ?

 

Leur choix est donc clair : ne pas gêner la circulation automobile et attendre 10-15 ans avant d’espérer une hypothétique solution à l’engorgement de la ville et de l’agglomération.

L’agrandissement et le renouvellement des concessions des parkings de Toulouse, annoncés cette semaine, sont des preuves supplémentaires que la majorité ne souhaite pas diminuer la place de la voiture.

 

A ce signal négatif vient s’ajouter la décision du Maire de Toulouse en décembre dernier de mettre un terme à la contribution supplémentaire versée par la ville à Tisséo.

Décision qui ampute de 90 Millions d’Euros les finances du SMTC sur les 6 prochaines années. Décision étonnante quand on sait que Jean-Luc Moudenc et Jean-Michel Lattes peinent à trouver des financements pour le projet de 3ème ligne de métro.

Devra-t-on procéder à plusieurs ventes d’équipements publics de notre agglomération au profit de consortium chinois pour espérer des financements pour les transports en commun de l’agglomération ?

Le choix s’orientera-t-il vers le partenariat public/privé, piège dans lequel sont tombées de nombreuses collectivités territoriales et que la Cour des comptes remettait déjà en cause en 2008 ? Rappelons qu’un partenariat public/privé n’est qu’un miroir aux alouettes, car tout investisseur privé demande un retour via un droit de péage qui sera dû par la collectivité pendant de longues années. Transformer ainsi les intérêts d’une dette en droit de péage ne résout en rien la question du financement.

 

La seule bonne nouvelle, c’est que conscients tout de même que leur projet n’est pas à la hauteur, Messieurs Moudenc et Lattes annoncent le lancement d’ici 2020 de 10 lignes Linéo.

Le déploiement des Linéo fut mis en place sur la Ligne 16 par la majorité précédente. Ce service rencontre un succès incontestable. Il est donc repris et nous le saluons.

Toutefois, nous serons vigileant-es et attendrons une action volontariste, malgré les difficultés, avec un véritable plan de développement des Linéo, qui nécessite des choix en matière d’aménagement de l’espace urbain : suppressions de certains stationnements, voies spécifiques pour les bus. Le projet de Linéo 65 entre Plaisance du Touch, Tournefeuille et Toulouse fournira déjà une bonne indication de l’orientation que l’actuelle majorité veut donner à ce service.

Enfin, la création de 10 lignes Linéo ne doit pas provoquer la fin de projets de Transports en commun en site propre dans les zones qui le permettent, or c’est ce que semble indiquer la décision prise lors de ce Conseil syndical.

 

L’actuelle majorité est en passe d’entraver la marche des transports en commun sur l’agglomération.

Nous avions fini par rattraper notre ombre après tant d’années et nous la voyons de nouveau s’éloigner.

 

 

Le groupe de travail Transport EELV Métropole et SICOVAL

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.