Sur le terrain avec… Alain Fillola

Le maire de Balma est prêt à affronter son challenger Vincent Terrail-Novès, dans un duel qui s’annonce serré.

Si la dernière ligne droite de la campagne municipale se précise, Alain Fillola n’en reste pas moins serein : « Je suis déterminé, mais je sais par expérience qu’une élection n’est jamais gagnée d’avance. Il faut savoir mobiliser et élargir ses soutiens, tout en ayant le discours adéquat pour les indécis. » Etant l’édile de Balma depuis trois mandats, celui qui est également conseiller général, compte s’appuyer sur son équation personnelle : « Je connais très, très bien cette ville. Je la ressens. Avec mon équipe nous avons réalisé de grandes et belles choses. C’est désormais une commune remarquée dans la métropole toulousaine. » Pour Alain Fillola, l’usure à la tête de la ville ne semble pas être une réalité au sein de la population balmanaise : « Les habitants que je croise, ne m’en parlent pas et les trois mandats effectués démontrent qu’il y a une relation de confiance qui s’est nouée entre nous. Ils m’encouragent à continuer.» Concernant l’opposition incarnée par Vincent Terrail-Novès, le maire la balaye d’un revers de manche : « Il parle d’urbanisation effrénée et non maîtrisée, mais cette attaque est excessive. Elle dénote de la méconnaissance de ce qu’est une ville et de son évolution. Il développe une argumentation pour susciter la peur et l’angoisse, et il commence désormais à le faire également sur les questions de sécurité. » A Balma la campagne bat donc son plein, Alain Fillola affine sa liste qui sera renouvelée de moitié,  et présentera son programme courant février : « Nous sommes une gauche unie et rassemblée, mais nous faisons aussi la part belle à la société civile. »

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.