Serge Laroze « Le désespoir en politique est une sottise absolue »

 

Serge Laroze est le porte étendard de la vague Bleu Marine à Toulouse. Engagé au Front National depuis 1981, l’aîné des candidats s’engage dans la campagne municipale avec détermination et optimisme.

 

Serge Laroze, vous menez la liste du Front National « Toulouse Bleu Marine » pour les élections municipales de mars, comment faites-vous campagne ?

D’abord je crois que Monsieur Hollande et son équipe font campagne pour nous ! C’est très bien. Léonarda, les roms, le rapport sur l’intégration… Ces affaires nous amènent chaque semaine beaucoup de monde. Ils travaillent beaucoup pour nous ! Nous existons depuis quarante ans et sommes très fidèles à nos analyses, à ce que nous pensons et ce d’autant plus dans la mesure où nous nous apercevons que nous avons raison. Un grand mouvement de Français ouvre les yeux sur la situation réelle de la France et constate que des gens les préviennent depuis un certain nombre d’années. Les Français sont excédés. Et ceux qui ne nous aiment pas, ne peuvent pas arrêter ce mouvement.

Et sur le terrain…

La campagne c’est la presse, la radio, la télévision. Nous aurons la visite de Marine Le Pen le samedi 18 janvier à Toulouse. Nous partagerons la galette des Rois, puis nous tiendrons un meeting au mois de mars. Nous tractons, affichons, avons deux journaux de campagne, et disposons d’un site internet. Je prépare également un mot croisé sur le thème des élections municipales qui sera sur un journal de campagne. Cela a un côté humoristique.

Quelles sont vos idées phares ?

Tout d’abord la sécurité. Je rigole lorsque j’entends Monsieur Cohen et Monsieur Moudenc en parler et dire que c’est leur priorité. Ils ont voté toutes les lois qui nous ont amenés à la situation actuelle. On ne résout pas les problèmes avec les gens qui les ont créés. Suppression de la peine de mort, de la perpétuité, de la cour de sûreté de l’Etat, de l’inculpation, de la légitime défense car les personnes qui se défendent se retrouvent au trou… Ce qui faisait la défense des honnêtes gens a été défait, cassé. Les gens se serrent la ceinture. Il faut baisser la fiscalité en évitant les dettes supplémentaires. On ne laisse pas de la dette à ses enfants. Nous parlons aussi de l’urbanisation, des commerces de proximité ou encore des logements sociaux, car nous revenons aux années soixante en pire. On déverse des millions dans les quartiers dits sensibles alors qu’en ville, dès que l’on sort des grandes artères, il y a des immeubles qui tombent en ruine.

 

Mais parlons également de la circulation à Toulouse, du choix du tout piéton et de la haine pour l’automobiliste de Monsieur Cohen. La politique du tramway est catastrophique, il abîme les allées Jules Guesde qui étaient jolies et qui permettaient de garer des voitures. A ce propos, je suis favorable à une troisième ligne de métro. Il y a aussi des choses à faire pour la culture. Je trouve qu’une culture d’Etat, c’est un peu soviétique ! Nous pouvons aussi faire plus pour le rayonnement de la ville. Nous présenterons bientôt un projet aux Toulousains, une charte en dix points et pour les grands projets, nous ferons des référendums.

Si les Toulousains vous élisent maire, quelle sera votre première action ?

On ne peut pas faire de grandes choses tout de suite. Pour commencer, je prendrai connaissance des dossiers même s’ils ne me sont pas inconnus, du personnel municipal, de l’organisation et de la manière dont le tout est structuré. Ensuite je mettrai en place ce que je viens de vous dire… Je ne fais pas de promesses de programme, je les laisse aux Sarkozy et Hollande, j’ai un projet pour Toulouse. Et je m’attacherai surtout à faire en sorte que les toulousains vivent au mieux dans la ville.

Pensez-vous que la campagne sera respectueuse ?

J’espère que cette campagne sera à armes égales, patriote et sincère.

Propos recueillis par MA Espa

 

Mini CV

Serge Laroze est ingénieur aéronautique de formation. Il a été professeur à Sup’Aéro Toulouse de 1968 à 2004. Il exerce actuellement en tant qu’ingénieur conseil dans un cabinet privé. Il adhère au Front National en 1981 dont il est membre du Comité Central et du Conseil Scientifique. Il fut également Conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1992 à 2010. En 33 ans d’engagement politique, il a soumis vingt-huit fois sa candidature au suffrage universel.

 



2 COMMENTAIRES SUR Serge Laroze « Le désespoir en politique est une sottise absolue »

  1. jean guy dit :

    Que le sieur Laroze fasse une interview depuis la terrasse du Florida, établissement appartenant à une très estimable personne d’origine turque est assez croquignolet !

  2. patriote31 dit :

    Mars 2014 : Le grand retour du Front National à Toulouse ! Les toulousains auront à choisir entre la continuité avec l’UMPS, ou le renouveau : priorité aux nationaux pour l’acces au logement, arret de toutes subventions à des associations communautaristes, baisse des impôts, rétablissement de l’ordre, retour de la laïcité partout et notamment à l’ecole … etc, avec le seul vote utile et porteur d’espoir, le Front National.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.