Rémi Demersseman brigue l’investiture PS à Plaisance-du-Touch

Rémi Demersseman est conseiller municipal, délégué au projet éducatif local, à Plaisance-du- Touch. Il fait à ce titre partie de la majorité municipale aux côtés de Louis Escoula, maire PS qui termine actuellement son quatrième mandat. Ce dernier n’a pas officialisé sa candidature à l’investiture, en vue des élections de 2014. Rémi Demersseman, lui, l’a fait.

« Je porte des idées militantes depuis des années, je trouve qu’aujourd’hui c’est un devoir de les mettre en application », avance Rémi Demersseman pour expliquer sa candidature. Une volonté qui ne s’inscrit pas dans un esprit de défiance par rapport à Louis Escoula. Il affirme d’ailleurs n’avoir eu « aucun écho négatif », ni « coup de fil enflammé » à ce sujet. Mais il estime que le maire actuel ne devrait pas effectuer un cinquième mandat au regard du règlement intérieur du Parti Socialiste : « Je ne porte pas de jugement de valeur sur l’âge ou quoique ce soit. Le règlement de notre parti, voté à 73% par les militants, ne permet pas d’effectuer plus de trois mandats successifs. Je veux juste qu’on applique les règles. » Le texte en question a été voté lors du dernier congrès du PS. Mais il n’y a pas eu d’élections depuis, donc cette règle n’a jamais été appliquée. Pour l’instant de nombreuses inconnues demeurent. Louis Escoula se représentera-t-il ? « Il n’a encore rien annoncé, mais il a dit dans la Dépêche que si Pierre Cohen se représentait, lui aussi, car ils ont le même âge. » S’il se représente, le parti laissera-t-il contrer ses propres règles ? « Si tel est le cas, c’est que la rénovation du parti n’est pas terminée et il faudra s’investir davantage dans ce sens », répond l’élu.

« Les Plaisançois ne doivent pas jalouser les autres villes »

Selon Rémi Demersseman, la campagne des prochaines municipales va se jouer sur quatre points importants. Le premier d’entre eux, l’emploi. « Il y a environ un emploi pour six Plaisançois alors que c’est la proportion inverse à Colomiers », souligne-t-il. Eviter que Plaisance du Touch ne devienne une cité dortoir, est tout l’enjeu de cette problématique. « C’est le devoir des élus de faire en sorte que l’emploi ne soit pas concentré au même endroit. Il faudrait engager des discussions avec Blagnac et Colomiers pour que le secteur aéronautique s’implante à Plaisance », propose le candidat. Autre idée défendue, améliorer l’offre culturelle de la ville : « Beaucoup de gens sont jaloux de la programmation culturelle de Tournefeuille. Pourtant, de bonnes choses ont été faites dans ce domaine mais on peut faire plus. » Le troisième point important aux yeux de Rémi Demersseman concerne le secteur de l’enfance. « Nous avons des structures d’accueil d’un très bon niveau. On pourrait prétendre à avoir le label Ville amie de l’enfance de l’Unicef. Il reste quelques points à améliorer, mais nous sommes quasiment au niveau pour l’obtenir. » Un point « symbolique » qui permettrait de redorer l’image de la commune : « Les Plaisançois ne doivent pas jalouser les autres villes », insiste-t-il. Quatrième thème, et non des moindres, les transports. « Poursuivre le programme du BHNS (Bus à Haut Niveau de Service), améliorer les accès à Basso-Cambo et Saint-Martin-du-Touch », sont pour résumer les chantiers à mener. Autant de dossiers à bucher en attendant les élections internes qui se dérouleront le 9 et 16 octobre prochains.

Repère :

Rémi Demersseman a exercé le métier d’ingénieur dans les secteurs automobile, aéronautique et spatial. En 2005, il crée, avec son épouse, une société de crèches interentreprises, « La part de rêve », qui gère aujourd’hui trente établissements dans toute la France. En 2006, il déménage de Paris à Plaisance-du-Touch et s’encarte au PS l’année suivante. Il fait sa véritable entrée en politique, en 2008, en intégrant la liste de Louis Escoula.

 

Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.