Régionales : Mic mac chez les ‘‘citoyennistes’’

montage a la loupe

Fausse alerte. Les listes pour les élections régionales sont toutes déposées en préfecture. 11 au total pour la région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon. Une liste ‘‘écolo citoyenne’’, déposée lundi a été retoquée. Mais il reste du monde sur ce créneau pro citoyens…

Ils sont au final quatre candidats à se prévaloir de la mouvance citoyenne : Gérard Onesta (EELV, allié avec le FDG), Philippe Saurel (DVG), Christophe Cavard (Ex EELV) et Gilles Fabre (Nouvelle Donne). Ils ont failli être cinq, mais une liste déposée lundi dernier (dernier jour des dépôts de candidature)   n’a  finalement pas été validée par la préfecture, pour des soucis dans la composition de la liste qui ne respectait pas la parité en Haute-Garonne. Cette candidature de dernière minute était portée par trois micro formations : le CDC (Convergence démocratique de Catalogne), l’AEI (Alliance écologiste indépendante) et l’UFCR (Union des forces citoyennes et républicaines). D’ailleurs l’ancienne responsable départementale de l’UFCR, Marie-Ange Thébault se trouve être la tête de liste de Christophe Cavard en Haute-Garonne. Cette dernière a quitté le mouvement en septembre dernier : « Je me sens mieux avec les écologistes, j’ai été séduite par la coopérative politique du Bien commun », explique-t-elle.

« Cette liste a été directement formatée par Christophe Borgel »

La liste avortée de son ancien parti se revendiquait également écologiste… « Je ne sais pas ce qu’ils préparaient. Nous, nous avançons sur notre programme, je ne m’occupe pas de celui des autres », lance Marie-Ange Thébault. Pourtant, nous savons que cette liste était en discussion au sein de l’UFCR depuis au moins début juillet dernier, soit bien avant son départ. Bref, malgré les rumeurs, la liste de Christophe Cavard semble bien partie pour aller jusqu’au bout. Mais Gérard Onesta, le premier impacté par cette candidature, ne décolère pas : « J’ai des preuves et des témoignages que cette liste a été directement formatée par Christophe Borgel (n°3 du PS, ndlr) pour nous nuire, en échange il a promis à Christophe Cavard une investiture aux prochaines législatives. »  Dans ce contexte, « la jonction au second tour résultera au mieux sur un accord technique, et encore, seulement si le FN est risque avéré. »

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.